Mort de Charlotte Valandrey : ce jour où elle a évoqué la personne qui lui a transmis le VIH

Ce mercredi 13 juillet, Charlotte Valandrey est décédée. Diagnostiquée séropositive à l’âge de 17 ans, la comédienne levait le voile sur la personne qui l’avait contaminée dans une émouvante interview accordée à nos confrères de France Dimanche.

 

Une vraie battante. Hospitalisée après avoir été greffée de son troisième cœur, Charlotte Valandrey a rendu son dernier souffle ce 13 juillet, à l’âge de 53 ans, comme le révèle Closer, et le confirme l’AFP. Et son combat contre la maladie a commencé dès 1986. À l’âge de 17 ans, Charlotte Valandrey a été diagnostiquée séropositive.

Soucieuse de partager son expérience, celle qui a été révélée dans le film Rouge Baiser prenait la plume et écrivait son cinquième livre Bombay mon amour. Au fil de ces pages, la mère Tara Lecaisne y racontait le parcours d’une jeune femme infectée par le virus du “viva”, accompagnant en Inde une amie fraîchement séparée du président de la République…

Pour France Dimanche, elle s’était confiée sur son roman et sur la révélation soudaine de l’héroïne, au cours d’une retraite. « Je te pardonne ! », avait-elle écrit dans l’un de ses chapitres.

Et la comédienne de confirmer que cette révélation n’est pas pure fiction« Je pardonne à la personne qui m’a contaminée » a-t-elle affirmé. Mais hors de question pour Charlotte Valandrey d’en dire plus et de dévoiler l’identité de ce partenaire. « Je ne dirai jamais qui il était. J’aurais des problèmes. » Un mystère que la comédienne s’est toujours efforcée de garder.

Au cours de cet entretien, Charlotte Valandrey en a profité pour rappeler l’importance du traitement du VIH« Aujourd’hui, si l’on est bien traité, si on prend ses médicaments sérieusement et si la charge de ce virus est indétectable, comme c’est le cas pour moi, on n’est plus un danger pour ses partenaires sexuels. Je suis devenue ‘séro-inoffensive’! », avait-elle

Charlotte Valandrey lassée par les médicaments

Dans les colonnes du nouveau numéro du magazine Gala, en kiosque jeudi 31 mars, Charlotte Valandrey s’était confiée sur son traitement lié au Sida et à sa greffe de cœur. Après tant d’années de médication, la comédienne a avoué sa lassitude. Si elle n’était d’abord pas gênée par ce protocole médical, l’acolyte d’Ingrid Chauvin ne « le supporte plus »« C’est comme un rejet. Ça ne passe plus. », a-t-elle avoué.

Alors qu’elle réussissait à « les avaler tous d’un coup », Charlotte Valandrey devait s’y reprendre à plusieurs reprises pour réussir à les ingurgiter. « Je dois les avaler en six fois, et encore avec difficulté. » Pour l’actrice de 53 ans, ce refus du traitement n’était pas anodin. « Je crois que ça correspond à un ras-le-bol. Je n’en peux plus », avait-elle confié.

Fatiguée par une telle médication, Charlotte Valandrey n’espérait plus qu’une seule chose : « J’aimerais me permettre de ne plus en prendre pendant une semaine, mais je sais que ce n’est pas possible », avait-elle conclu.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes