“Mon fils, tu auras une maison. S’il te plaît, prends soin de ta sœur malade. Elle a besoin d’être soignée” : murmura la mère.

– Écoute-moi, fils… – murmura la mère.

Chaque mot lui venait avec difficulté. La maladie lui aspirait peu à peu la vie. Elle était allongée sur son lit, émaciée. Il semblait à Michel que ce n’était pas sa mère. Elle était toujours grande, forte et souriante. Mais maintenant…

– Mon fils, s’il te plaît, ne quitte pas Lucie… Nous devons prendre soin d’elle. Que vas-tu faire, elle n’est pas comme les autres… Mais elle est à nous… Promets-moi… – la mère a saisi fermement la main de Michel (où a-t-elle tant de force ?!).

Son fils grimaça à ses paroles. Il regarda involontairement sa sœur aînée, qui se comportait toujours de manière étrange. Elle était assise dans un coin, jouant avec une poupée, même si elle avait quarante ans. Elle souriait comme si les vacances approchaient, sans pleurer pour sa mère qui mourait…

Michel avait de l’argent, une entreprise, une Mercedes, une immense maison…

Mais il n’y avait pas de place pour Lucie dans cette maison. Ses enfants avaient peur d’elle et sa femme l’évitait également, la traitant de « folle ». Même si sa sœur était calme et modeste, elle dérangeait tout le monde.

– Eh bien… tu sais… J’ai une famille… et Lucie… eh bien… – commença-t-il à marmonner quelque chose, libérant sa main de l’emprise de sa mère.

– Fils, la maison de ton père t’appartiendra… Elle aura un appartement de trois pièces, j’ai déjà tout arrangé.

– Où as-tu trouvé l’argent ?! – Michel et sa femme ont été surpris par cette nouvelle. Ils se regardèrent et s’éclairèrent même.

– J’ai pris soin d’une enseignante âgée… Je lui ai apporté de la nourriture, des médicaments… J’avais pitié d’elle, c’était une personne gentille. Je ne pensais pas qu’il me donnerait son appartement. J’ai donc transféré l’appartement à Lucie pour qu’elle puisse avoir son propre logement. Et vous prenez soin d’elle… s’il vous plaît… alors vos enfants ou petits-enfants auront cet appartement… Qui sait combien de temps elle vivra…

Ils ont dit au revoir à leur mère.

Lucie n’avait probablement pas réalisé qu’elle était orpheline dans ce monde. Son frère l’a immédiatement emmenée chez lui et a commencé à rénover l’appartement de trois pièces.

– Pourquoi Lucie a-t-elle besoin d’un tel appartement ? Il va rester avec nous pour le moment. Nous trouverons des locataires pour cet appartement – il a volontiers partagé ses projets avec sa femme.

Au début, Jade n’avait aucune objection à ce que la sœur de son mari vive avec eux. Elle n’a posé aucun problème. Elle passait ses journées à jouer avec des poupées ou à fouiller dans ses affaires dans le placard et elle souriait toujours. La regarder vous donnait des frissons dans le dos. Eh bien, elle est calme aujourd’hui, mais et si quelque chose changeait demain ?

“Attends encore un peu”, supplia Michel. Six mois après le départ de sa mère, il reprit à la fois l’appartement de son père et le trois pièces de sa sœur – un ami notaire l’y aida. Il a demandé à Lucie de signer certains documents.

Depuis, la vie de la sœur malade est devenue un enfer.

Lorsque Michel était au travail, sa femme maltraitait Lucie. Elle l’insultait, l’enfermait toute la journée dans sa chambre, ne la laissait pas sortir même en été, lui donnait de la nourriture pour chat, lui criait dessus, faisant pleurer la pauvre femme. Une fois, quand elle a giflé Lucie, elle a eu tellement peur qu’elle n’a pas pu s’en empêcher… et s’est urinée dessus…

– Non seulement tu es folle, mais tu souffres en plus d’incontinence urinaire ?! Sors de chez moi, je ne veux pas te voir !

Jade lui a crié dessus. Elle a jeté les affaires de Lucie dans un sac et l’a jeté devant le portail.

 

***

– Où est Lucie ? Je ne l’ai pas vue aujourd’hui, a demandé Michel en se mettant au lit.

-Elle est partie! – Jade a répondu avec insatisfaction. Et elle a commencé à raconter comment sa sœur s’était fait pipi dessus au milieu de la pièce et s’était enfermée dans la pièce. – Dès que j’ai ouvert la porte, je lui ai un peu sermonné. Mais elle a attrapé son sac et s’est enfuie. Ce n’est pas comme si j’allais la poursuivre. La princesse a été offensée… – Jade renifla avec mépris.

Michel était très surpris. Il resta silencieux un moment, pensant à quelque chose, puis il dit :

– Eh bien, depuis qu’elle a décidé de partir… – et il a commencé à regarder la télé. – Au fait, j’ai trouvé des locataires pour un appartement de trois pièces.

Ce fut une nuit difficile. Il n’a pas dormi jusqu’au matin.

Il pensait constamment à Lucie. Où est-elle? Est-ce que tout va bien? Après tout, elle se comportait comme une enfant de trois ans, totalement inadaptée à la vie. Ce n’est que le matin qu’il réussit à s’endormir. Il rêvait de sa mère…

“Je te l’ai demandé, fils…” – allongée dans la boîte en bois, elle secoua le doigt.

Il faisait le même rêve chaque semaine. Ce rêve le tourmentait, il lui aspirait tout son jus… Michel n’en pouvait plus. Deux mois après la disparition de Lucie, il a appelé l’amie de sa mère, sa marraine : peut-être savait-elle quelque chose sur sa sœur ?

– Quoi, Michel, as-tu des remords ? – dit Barbara en guise de salutation. – C’est bien que je sois allé chez ta mère ce jour-là et que j’y ai trouvé Lucie. Elle avait l’air malheureuse et effrayée. Je n’arrive toujours pas à comprendre comment ce malheureux enfant s’est retrouvé ici ! Il vit avec moi. Je vais m’occuper d’elle.Laissez la culpabilité vous tourmenter. Priez pour que vous restiez sain d’esprit pour le reste de votre vie !

– Oh, tante, ça suffit…! – dit Michel et il raccrocha. Il pousse un soupir de soulagement : sa sœur a été retrouvée et va bien, il peut donc continuer sa vie en toute tranquillité.

 

Lucie est décédée en seulement deux mois. Elle souffrait de la même maladie que sa mère. Son frère n’est pas venu à l’enterrement – il avait beaucoup de choses à faire en sa compagnie…

Dix ans se sont écoulés depuis. Michel est alité. Son corps tout entier lui fait mal, mais c’est son âme qui souffre le plus. Sa femme ne vient pas dans sa chambre, elle vit depuis longtemps derrière le mur avec son nouveau compagnon. Michel ne voit pas non plus ses enfants adultes. S’ils lui rendent visite, ils grimacent immédiatement : “Tu pues encore…” Michel, comme ses proches, mourait lentement…

 

Un jour, sa femme est venue le voir et lui a remis des documents : “Signez ceci, nous devons accomplir toutes les formalités auprès de l’entreprise…” Signé. Puis il a regardé de plus près : c’était un don de maison. C’est trop tard, il a déjà signé. La deuxième fois, il lui a cédé l’entreprise. Puis il se souvint de sa mère et de Lucie. Des larmes coulaient sur ses joues.

“Je suis désolé… je suis désolé…” se murmura-t-il.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes