Mon mari m’a laissée seule avec l’enfant il y a trois semaines, puis son frère m’a dit : “Je ne suis pas pressé et je n’insiste pas, si ça marche, très bien, sinon il ne se passera rien non plus. Je ne te quitterai pas de toute façon et je t’aiderai pour tout”, dit tristement Claude.

Mon mari m’a quitté il y a exactement trois semaines. Il a dit qu’il en avait assez de la vie de famille et que ce n’était tout simplement pas pour lui. La vie selon le modèle “travail-maison-enfants” n’est tout simplement pas pour lui. Il n’a pas répondu à ma question sur la façon dont il l’imaginait auparavant. Je l’ai refusé lorsqu’il a proposé le divorce – notre enfant n’a pas encore un an et je voulais qu’il ait ses deux parents avec lui. Cependant, cela ne l’a pas empêché de faire ses valises et de passer du temps avec on ne sait qui et où. D’un côté, j’ai beaucoup souffert du départ de mon mari, mais d’un autre côté, j’ai pensé qu’il valait mieux qu’il le fasse maintenant plutôt que, par exemple, après 10 ou même 20 ans de vie commune. En plus, je pensais que j’étais un peu coupable, car j’avais choisi comme mari un homme irresponsable qui ne pensait qu’à lui-même. J’ai donc souffert et j’ai décidé de continuer ma vie. D’autant plus je sais que mon enfant a besoin de moi. Je suis toujours en congé maternité, j’ai quelques économies, et ensuite, j’essaierai d’avoir une pension alimentaire. Le plus important est de trouver de bons colocataires. Bien sûr, je pourrais aller vivre avec ma mère, mais elle ne me laisserait pas vivre en paix – elle n’a jamais aimé mon mari, donc je devrais constamment écouter ses ragots. Si je trouve cela très difficile, je contacterai ma belle-mère, qui ne me refusera certainement pas, et si elle ne veut pas m’aider, elle ne voudra certainement pas aider son petit-fils.

 

 

Elle aime son petit-fils parce qu’il est son unique – malheureusement, son deuxième fils ne peut pas avoir d’enfants. Lorsqu’il l’a appris, son mariage s’est effondré. Sa femme l’a trompé et au début, il semblait qu’il ne lui pardonnerait pas, mais quand elle lui a dit qu’elle était enceinte, il a changé d’avis : il était heureux de pouvoir devenir père.

Cependant, la femme a abandonné Claude et s’est rendue chez le père biologique de l’enfant. Lorsque ma belle-mère a découvert le comportement de son fils, elle est immédiatement venue me voir. Il s’est avéré qu’elle avait également planifié ma vie future – elle a commencé à me mettre en relation avec son deuxième fils, Claude, parce qu’elle avait peur de perdre son petit-fils autrement.

 

 

– Tu épouseras un homme étrange et je verrai enfin mon petit-fils, et regarde ici – Claude est seul, tu es seul, tu te marieras, et il élèvera l’enfant comme le sien – après tout, ce n’est pas un étranger, parce qu’il est son oncle. Vous emménagerez dans notre maison et vivrez en paix.

 

– J’ai déjà vu à quel point vos fils sont fiables – répondis-je.

 

– Mais arrête ça ! Vous avez pris notre plus jeune fils pour mari et il s’est impliqué avec son père ! Mon fils aîné est un homme en or, vous le connaissez. Vous êtes une femme belle et intelligente et s’il vous plaît, réfléchissez-y, peut-être que vous réussirez, dit ma belle-mère en quittant l’appartement.

 

Et j’ai effectivement commencé à y réfléchir. En fait, je suis dans une certaine mesure d’accord avec elle : Claude est un gars bien, mais comparé à son frère, il n’a jamais eu de chance dans la vie. Il est à la fois travailleur et sait s’occuper de la maison, il ne boit pas, ne fume pas et ne lève pas la main sur une femme. Cependant, je ne l’aime pas. D’un autre côté, cet amour m’a-t-il apporté beaucoup de bonheur ? J’ai décidé d’oublier complètement tout cela. Ma belle-mère a en vain peur que je lui rende difficile le contact avec son petit-fils – c’est une merveilleuse grand-mère et je ne lui ferais certainement jamais quelque chose d’aussi ignoble. L’appartement a été payé deux mois à l’avance. J’ai prévenu la propriétaire de l’appartement qu’après cette heure, je quitterais l’appartement et qu’elle ne s’attendrait peut-être plus à aucun paiement. J’ai même trouvé un travail à temps partiel et cela me rapporte une somme dérisoire, mais au moins, j’en ai assez pour un peu de nourriture. Grâce à mon congé de maternité, j’ai encore de l’argent provenant de mon travail à temps plein, donc ma vie n’était pas si mauvaise.

 

 

Claude a commencé à nous rendre visite de temps en temps. Il a apporté des couches, de la nourriture pour le bébé, puis il m’a apporté des fleurs, des chocolats et encore des jouets pour le bébé. Je lui ai déjà parlé plusieurs fois et je lui ai expliqué que rien n’en sortirait.

 

– Je ne suis pas pressé et je n’insiste pas. Si ça marche, c’est bien, si ça ne marche pas, c’est bien aussi. De toute façon, je ne te quitterai pas et je t’aiderai toujours – répondit tristement Claude à mes explications compliquées.

 

Je n’ai pas épousé ce frère. J’ai pris une mauvaise décision il y a quelques années. Mais que peut-il faire maintenant ? Mon mari a également réfléchi à sa décision et est venu me demander pardon. Il m’a tendu un bouquet de fleurs et s’est agenouillé devant moi en disant : “Mon soleil, je ne peux plus vivre sans toi, remettons-nous ensemble.”

 

 

– Pensez-vous que c’est possible ? Vous avez pris des vacances dans votre vie de famille, m’avez laissé seul avec l’enfant et un “je suis désolé” résoudra tout ? Non, “chérie”, nous sommes mieux sans toi – j’ai emmené mon mari dehors et je l’ai fermée derrière lui. Le pire a commencé lorsque mon mari est descendu les escaliers et a rencontré Claude. Mot-à-mot, une bagarre éclata entre eux. Je ne suis pas intervenue, j’ai pensé qu’ils devraient régler ça entre eux, après tout, ce sont des adultes. Cependant, je savais que je ne pardonnerais jamais à mon mari ce qu’il m’avait fait.

 

Je ne crois pas à ses remords. Il a probablement juste besoin d’un endroit sûr pour se laver, se reposer et manger. Cependant, je ne crois pas qu’il ait besoin de sa famille pour quoi que ce soit. Je ne veux pas non plus entrer en relation avec Claude. Que veulent-ils de moi ? Pourquoi ne peuvent-ils pas me comprendre ? Lorsque ma belle-mère a découvert la bagarre entre eux, elle a immédiatement couru avec des plaintes :

 

– Choisissez un de mes fils, ne les torturez plus !

 

J’ai expliqué que je ne voulais pas de ses fils, ni l’un ni l’autre.

 

– Comment ça ? Comment allez-vous vous débrouiller seule sans un homme ? – dit-elle.

 

“Bien, je suis seule maintenant et je vais bien,” souris-je.

 

« Étudie, ma fille, tu dois faire des études, faire une carrière professionnelle et alors c’est seulement après que tu pourras penser aux enfants. Tu ne peux pas compter sur les hommes, crois-moi. Ne compte que sur toi-même », c’est ce que je dirai à ma fille. Je peux me débrouiller sans mon mari, et laisser ma belle-mère emmener ses fils, je vous en remercierai !

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes