Ma belle-mère voulait détruire mon confort de vie.

Samedi matin, j’étais malade dans ma chambre et soudain, j’ai entendu des bruits dans les escaliers qui, au bout d’un moment, se sont déplacés vers ma chambre. À contrecœur, je me suis levé pour voir ce qui se passait. Je me suis souvenu que Justine, ma femme, était censée aller chez ma mère pour l’aider avec quelque chose, mais à cause de la fièvre, je ne me souvenais pas de quoi il s’agissait.

J’ai donc été surpris que Justine soit revenue si tôt. Dans le hall, outre ma femme, j’ai également vu ma belle-mère et ma belle-sœur avec un enfant, des valises et des sacs autour d’elles.

J’ai regardé ma femme avec insistance, mais elle se tenait la tête baissée et n’a pas dit un mot. Je savais qu’elle avait honte de ce qu’elle avait fait.

Après un moment de silence, la belle-mère commença à diriger toute la famille :

“Cédric, sors de l’allée ! Justine, aide Magali à porter les sacs de la voiture ! Allez , allez!”

– Bonjour Charles, j’ai entendu dire que tu étais malade, si tu veux, je peux te préparer de la soupe au poulet  Et si on prenait du thé ? – avec ces mots, sans même ôter ses chaussures, elle entra dans la cuisine et mit de l’eau dans la bouilloire.

J’ai été tellement choqué par la situation que, sans réfléchir, j’ai répondu à ma belle-mère :

– J’aimerais prendre une tasse de thé. Et je mangerais de la soupe .

J’ai été surpris par le comportement de ma belle-mère, elle fait généralement semblant de ne pas me voir, et les seuls mots qu’elle m’adresse sont des insultes et des commentaires défavorables. Quelque chose était suspect ici. Alors j’ai demandé :

– C’est quoi ces valises, de quoi s’agit-il ?

Les pleurs de Cédric dans le salon ne lui ont pas permis de répondre à mes questions, alors nous avons couru là-bas pour voir ce qui s’était passé.

Le petit se tenait au milieu de la pièce avec une pomme en plastique à la main, apparemment, il voulait manger les fruits, mais il a confondu le panier avec des figurines décoratives en forme de pommes avec celui qui se trouvait habituellement dans leur cuisine avec vraie nourriture. Ma belle-mère a essuyé les larmes de son petit-fils et l’a emmené dans notre réfrigérateur pour choisir quelque chose.

Presque simultanément, ma femme et sa sœur ont fait irruption dans l’appartement avec le reste de leurs affaires.

– Où dois-je poser ces valises ? – a demandé Magali.

« Amenez-les dans le bureau », a dit ma femme.

J’ai suivi Magali pour vérifier si mon bureau pouvait vraiment accueillir toutes ces choses. Je ne savais toujours pas ce qui se passait.

– Que se passe-t-il d’ailleurs ? – J’ai demandé.

– Ne t’inquiète pas, ce n’est que temporaire, deux mois au maximum. André est allé à l’hôpital, je dois aller travailler et il n’y a personne pour s’occuper de Cédric. Maman ne pourra pas l’emmener à l’école et en revenir tous les jours, répondit Magali.

– Et dans quel hôpital l’ont-ils emmené ? Nous n’avons pas de spécialistes ici et il a dû volontairement s’envoler pour la Grèce ? – J’ai demandé.

Ma belle-mère nous a rejoints et elle et sa fille ont demandé à l’unisson :

– Comment savez-vous ?

J’ai répondu honnêtement qu’hier, j’ai vu André publier un reportage sur son séjour à Rhodes sur Instagram, je ne m’étais même pas rendu compte qu’il était parti sans sa famille. Je leur ai montré la vidéo qu’il a partagée.

– Si c’est un hôpital, j’y serai volontiers aussi, après tout, je suis malade. J’aimerais m’allonger sur la plage plutôt que dans mon lit.

– Charles, mon mari nous a quitté. Je n’ai pas les moyens de louer un appartement et je n’ai pas d’autre choix, s’il vous plaît, prenez soin de Cédric, et quand je reviendrai avec l’argent, nous chercherons quelque chose pour nous-mêmes.

– Je ne comprends pas pourquoi vous avez tous essayé de me mentir ! Si vous ne me faites pas confiance, pourquoi me confiez-vous votre enfant ? Je devrais être offensé maintenant et te refuser.

– J’espère toujours qu’André reviendra– dit tristement ma belle-sœur.

La belle-mère a ajouté :

– Charles, je comprends parfaitement ta réaction, mais comment peux-tu ne pas aider la famille ? Vous voyez, qu’ils sont dans le besoin.

– C’est ton petit-fils, aide-les toi-même. Et maintenant, tout d’un coup, je suis de la famille ? Et dois-je oublier les dernières années pleines de colère et d’humiliation de votre part ? Quels sont les avantages pour moi dans toute cette situation ?

– Comme toujours, on ne pense qu’à l’argent ! – a commenté ma belle-mère.

– Si tu ne parlais pas et ne me disais pas de quoi il s’agissait, peut-être que j’y réfléchirais. Et dans une telle situation, je ne peux pas imaginer changer de vie dans les mois à venir juste pour vous faire plaisir. Prenez vos affaires et partez où vous voulez.

– Comment peux-tu dire ça ? – a demandé Justine, qui était restée silencieuse jusqu’à présent.

– Simplement! C’est mon appartement, il n’y a pas de place pour les étrangers ici. Je n’abandonnerai ni mon bureau ni le canapé du salon. Je veux vivre normalement. As-tu oublié comment ta mère et ta sœur m’ont traité ? Jusqu’à présent, ils ne voulaient rien avoir à faire avec moi. Votre mère peut accueillir son petit-fils et l’école n’est qu’à 5 arrêts de chez elle. Il ne leur arrivera certainement aucun mal !

Bien sûr, ma femme a décidé de se mettre du côté de sa mère et de sa sœur, elle n’a pas compris mon point de vue et je ne vais pas la supplier de revenir sur sa décision. De même, je ne changerai pas d’avis. Cependant, je ne cacherai pas que je suis déçu du comportement de Justine, après tant d’années d’humiliation et de désagréments envers moi par sa famille, elle pourrait au moins me parler et essayer de me comprendre. Si elle ne veut pas parler, je ne veux rien avoir à faire avec elle, tôt ou tard, il s’avérera que je compte moins pour elle que pour sa famille.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes