Je viens à peine d’accoucher et ma famille me dit déjà que je suis une perdante et non une mère. Je la nourris mal, je l’habille pas assez et change mal les couches… Je pleure toute la journée.

Ma belle-mère retire ma fille de mes bras parce que je la tiens mal et c’est pour ça qu’elle pleure. Sans rien demander, elle prend le biberon et commence à nourrir Marinette, car je ne peux pas. Ma belle-sœur lève les yeux au ciel quand j’emmène ma petite prendre l’air frais, car elle va certainement avoir froid et pourquoi devrais-je la traîner dehors ? J’ai envie de m’enfermer et de ne laisser entrer personne.

Ma mère m’a toujours critiqué. Je n’ai pas entendu un mot gentil de sa part depuis l’âge de 15 ans. Malheureusement, la belle-mère est comme une copie d’elle, uniquement centrée sur son fils. Elle me bouscule. Mais maintenant que j’ai une petite fille, je pensais que quelque chose allait changer, qu’ils commenceraient à me respecter…

Je suis une jeune mère et on me traite de perdante

Mon problème, c’est que nous vivons avec ma belle-famille à travers un mur. Ma belle-sœur vit également dans la maison voisine avec son mari et ses deux fils. Mes parents sont également proches, ils ont de bonnes relations avec la famille de mon mari, ils viennent souvent ici. J’ai donné naissance à Marinette il y a deux mois, elle est tout mon monde, mais je me sens perdue. Je n’ai vraiment personne sur qui compter, je ne peux demander conseil à personne.

Tout d’abord. Mon mari est absent toute la journée, il revient le soir après le travail et se couche rapidement. Peut-être que s’il restait plus longtemps avec moi, il me protégerait, mais oui… Mes beaux-parents et mes parents me dépriment constamment !

La naissance de Marinette a été un choc pour moi. C’est comme sauter dans le grand bain, j’ai l’impression de ne rien savoir de la façon de prendre soin d’un si petit bébé. J’avais besoin de temps, de paix. Pendant ce temps… Toute la famille s’est précipitée dans mon appartement dès mon retour de l’hôpital. Sans rien demander, ils ont pris la petite dans leurs bras et lui ont dit qu’elle était mal habillée, qu’elle avait froid, qu’elle était serrée, de travers… Tout n’allait pas.

Le pire, c’est que personne ne m’a regardé dans les yeux, n’a rien dit directement, ni ne m’a donné de conseils. Ma belle-mère, mon beau-père, ma belle-sœur, ma mère – ils m’ont traité comme d’une bonne qui ne sert à rien, comme si je n’étais pas là.

Depuis deux mois, je suis en transe, je change les couches, je la nourris, je la berce… Et ainsi de suite. J’ai extrêmement peur de faire quelque chose de mal. Mes mains tremblent quand je prends la petite dans mes bras, mon cœur fait un bond dans ma gorge quand je l’entends pleurer… Y a-t-il quelque chose qui ne va pas chez elle ? Ai-je fait quelque chose de mal ?

Et puis, d’habitude, ma belle-mère fait irruption, entre comme si elle était chez elle et me prend Marinette des mains. Elle la serre dans ses bras, la berce et elle ne me regarde même pas. Elle attrape elle-même le biberon et commence à la nourrir, j’ai perdu mon lait depuis longtemps. Ma belle-sœur m’a dit que j’étais une perdante et que ses enfants ne pleuraient pas comme ça.

Je pleure presque constamment à cause de tout ça. Je n’ai plus de force et je ne sais pas quoi faire. Je pensais que la maternité serait un bonheur, mais c’est un tourment. Marinette est tellement adorable, j’aimerais prendre soin d’elle toute seule, comme je le ressens, sans ma famille qui s’immisce et me manque de respect.

Malheureusement, il n’y a aucune chance de changement. Nous sommes liés à cette maison par notre hypothèque et le travail de mon mari. Je deviens folle, parfois j’ai envie de prendre mon bébé et de m’enfuir quelque part.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes