J’économisais centimes pour centimes et ma sœur faisait la fête avec l’argent de mes parents. Le karma revient. Aujourd’hui, je lui ris au nez à propos de la nouvelle Porsche.

Peut-être que j’ai une sœur intelligente. Peut-être que toute ma famille me traite comme une troisième roue. Mais je n’ai aucun contrôle là-dessus. La seule chose que je peux décider, c’est comment ma vie va se dérouler. Je ne laisserai personne me couper les ailes.

Ma vie a toujours été dans l’ombre de ma sœur Aurélie. Dès son plus jeune âge, elle a toujours été protégée comme un trésor précieux, cachée sous la protection de notre famille. Elle semblait toujours obtenir ce qu’elle voulait, alors que je devais me battre pour chaque petite chose.

Ce fut également le cas après la mort de notre grand-mère. J’ai subi une énorme injustice et cette maline, comme d’habitude, était la meilleure de toute la famille.

Aurélie a toujours eu le meilleur
Quand je me souviens de notre enfance, je vois clairement comment ma sœur Aurélie a failli être mise sur un piédestal, tandis que moi, je me tenais dans l’ombre, inaperçue et méconnue. Toute ma famille la traitait comme un cristal délicat qui ne pouvait être brisé, alors que je devais me débrouiller seule, sans aucun privilège particulier.

Aurélie a toujours eu le meilleur, qu’elle en ait besoin ou non. Les jouets les plus récents, les vêtements les plus tendances, et elle a même été parrainée pour le voyage de ski d’hiver dont j’avais toujours rêvé. J’ai ressenti un manque d’acceptation et d’amour et je ne pouvais pas me comparer à elle. Je me souviens de notre conversation quand nous étions encore enfants.

– J’ai une poupée ! J’ai une poupée ! – Aurélie s’est vantée auprès de moi.

« Je n’ai rien reçu », grommelai-je simplement.

— Peut-être as-tu demandé trop peu, trop doucement ? Cela faisait probablement un mois que je dérangeais ma mère et elle a finalement cédé. En plus, ne te plains pas parce que tu as reçu le livre il y a quelques mois, tu te souviens ? Et puis je n’avais plus rien.

— C’est peut-être parce que tu étais en voyage avec papa et que tu venais de partir.

– Peut-être. Quelle poupée, Martine, regarde comme elle est jolie ! — Ma sœur ne semblait pas se rendre compte à quel point elle était privilégiée et elle m’a complètement ignoré.

En revanche, il n’y a pas de quoi s’étonner. Elle n’avait aucune perspective comparative, et d’ailleurs, elle n’avait que dix ans. Le problème est que cela n’a pas changé non plus par la suite.

À mesure que nous vieillissions, cette inégalité entre nous devenait encore plus apparente. J’étais le « mouton noir » et la jeune Aurélie était l’animal de compagnie bien-aimé de toute la famille. En tant qu’adolescente puis jeune adulte, elle n’a jamais été responsable de ses propres décisions et de son travail acharné. À cette époque, j’avais une vision complètement différente de la vie et je voulais tout faire moi-même. Afin d’acquérir l’indépendance souhaitée.

Le problème est que lorsqu’on est jeune, il est très difficile de voler de ses propres ailes et on a souvent besoin de l’aide de sa famille. Et Aurélie pouvait compter sur notre famille, et moi… eh bien.

Elle n’a même pas eu à faire de gros efforts au cours de ses premières années de vie adulte, car ma famille était toujours prête à lui offrir une aide financière ou un autre soutien. À mon tour, j’ai dû lutter avec la réalité, gagner de l’argent pour mes dépenses et souvent compter chaque centime.
Ma famille n’arrêtait pas de lui trouver des excuses

À dix-neuf ans, Aurélie entre dans une université prestigieuse grâce à ses relations. Pourtant, ses résultats n’étaient pas très impressionnants. Pourtant, sa famille ne cessait de lui trouver des excuses.

J’étais le mouton noir de la famille

« Elle a du talent, mais elle est juste un peu réticente », bavarde ma mère en prenant le thé de l’après-midi avec sa sœur. J’ai entendu cette conversation – Mais avec le temps, elle reprendra définitivement ses esprits et s’en sortira très bien.

— Certaines personnes ont besoin d’aide, mais lorsqu’elles l’obtiennent, elles s’en sortent bien. Ne t’inquiète pas, ma sœur, Aurélie terminera ses études, assura ma tante.

– Mais tu vois, Martine… Elle va mieux. Je suis surprise que nous n’ayons pas encore eu à payer pour elle, et j’ai toujours pensé qu’elle aurait plus de problèmes d’apprentissage.

Bien sûr, j’étais triste d’entendre de telles choses. Parce que pour entrer dans l’université de mes rêves, je devais obtenir d’excellentes notes et décrocher une bourse. Personne ne m’a accepté d’étudier « à cause de mes beaux yeux » ou parce que j’avais « du dos ». Et elle ? Une vie à souffler, une vie éternelle sous la protection de mes parents !

Mais au moins j’étais fière de moi et je pouvais me regarder dans le miroir sans crainte. Parce que j’ai tout gagné moi-même.

C’était comme un coup de tonnerre venu du bleu

Après quelques années, j’ai terminé avec succès mes études en finance et comptabilité. Je pourrais commencer le travail de mes rêves et enfin gagner beaucoup d’argent. J’ai également pris un gros risque en prêtant un studio et en payant moi-même l’acompte.

À cette époque, ma sœur a abandonné ses études et s’est mise à n’importe quel travail qu’elle trouvait, sans aucun projet pour sa vie. Sans études achevées et sans ambitions, elle ne pouvait pas compter sur un salaire plus élevé ni sur un avenir stable. Elle vivait dans un appartement loué, pour lequel ma mère devait contribuer, ce qui la rendait encore plus paresseuse.

Et puis nous avons appris qu’Aurélie était tombée enceinte d’un homme qu’elle avait rencontré par hasard. Cette nouvelle était comme un coup de tonnerre. La famille était dévastée, mais ma sœur ne semblait absolument pas être découragée. Elle a continué à vivre sa vie insouciante, sans comprendre les conséquences de ses décisions.

Entre-temps, une tragédie s’est produite dans notre famille. Notre grand-mère bien-aimée est décédée. Nous avons dû faire face à la douleur de la perte, et cela n’a fait qu’aggraver nos tensions émotionnelles. Cependant, même en cette triste période, mes parents favorisaient toujours Aurélie.

Sans tenir compte de mes efforts, la famille a décidé que l’appartement de ma grand-mère devait être transféré à Aurélie, car j’avais déjà ma propre propriété. Et apparemment, je n’ai pas besoin d’une autre propriété ! Le fait que j’avais tout acquis moi-même et que je devais désormais rembourser la dette avec mon salaire actuel n’avait aucune importance. J’avais l’impression que mes réalisations étaient ignorées et minimisées.

C’était comme heurter un mur

– Martine, ma fille, parce que le fait est qu’Aurélie n’a pas d’appartement et toi si. Comment peux-tu être si égoïste et ne pas penser à ta sœur unique… – s’est plainte ma mère quand j’ai exprimé haut et fort mon opposition devant toute la famille et ma sœur.

– Maman, ce n’est pas juste ! Pourquoi peut-elle organiser toute sa vie pour elle-même, même si elle ne peut même pas terminer ses études ou trouver un travail décent ? Et d’une manière ou d’une autre, elle a toujours tout : de l’argent, une voiture d’occasion et maintenant l’appartement de ma grand-mère. Vous voyez à quel point c’est injuste ?! —Je ne pouvais plus arrêter de pleurer.

– Mais tu as un endroit où vivre et elle n’en a pas. — Maman s’enfuyait.

— Mon appartement est prêté ! Je n’ai rien reçu gratuitement ! — J’ai crié en larmes, incapable au début d’accepter cette injustice flagrante.

– Vous dramatisez. Tu as toujours été jalouse d’elle.

Au bout d’un certain temps, j’en ai eu marre d’autres conversations comme celle-ci, conduites sur le même ton. Aurélie a toujours été dépeinte comme une pauvre victime. J’étais censée être une sœur débrouillarde, capable de se débrouiller seule et d’avoir un appartement. Cependant, je n’ai pas eu la force d’argumenter davantage. C’était comme heurter un mur.

Malgré la douleur et la frustration que je ressentais, je savais que je ne pouvais pas laisser ces émotions négatives me contrôler. Peut-être que j’ai une sœur intelligente. Peut-être que toute ma famille me traite comme une troisième roue. Mais je n’ai aucun contrôle là-dessus. La seule chose que je peux décider, c’est comment ma vie va se dérouler. Je ne laisserai personne me couper les ailes.

J’ai décidé que je continuerais à me développer professionnellement et à construire ma propre vie indépendante, indépendamment des opinions des autres. Maintenant, je suis plus mature avec ces expériences et je pense que dans dix ans, lorsque ma sœur vivra dans un vieil appartement non rénové et croupira dans un travail misérable, j’aurai déjà payé la propriété et j’achèterai un nouvel appartement plus grand…

Je gravirai progressivement les échelons de ma carrière. Peut-être que je vais même créer une entreprise ? Après tout, j’ai tellement de belles opportunités. Je l’ai gagné moi-même. Il suffit de le vouloir ! Je pense toujours à cela lorsque je suis assise dans ma nouvelle Porsche dont j’ai rêvé toute ma vie.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes