Ma mère et mon père me méprisent parce que j’ai épousé une personne ordinaire et que je suis devenu enseignant. Nous sommes pauvres et nous nous sentons bien.

J’avais tout ce que mon cœur pouvait désirer : un téléviseur, un téléphone, des vêtements, des chaussures, des sacs à main et même ma propre voiture de sport, que j’ai reçue pour mon dix-huitième anniversaire. Mais à quoi bon si personne ne m’aimait et ne me contactait ?

Je vous écris parce que j’en ai marre que tout le monde autour de moi se plaigne sans cesse de mon sort. Même si je suis fille unique, ma vie n’a pas été facile, mais au lieu de désespérer et de me vautrer dans la misère, j’ai décidé de retrousser mes manches et de changer de « destin ».

Je me souviens parfaitement du moment où cette percée s’est produite – je n’avais que 13 ans. J’ai écouté la conversation de ma mère avec ses amis. Aucun d’eux ne manquait de rien et tous se plaignaient de quelque chose. Des maris ingrats, des mères possessives, des pères absents, des enfants insupportables, des femmes de ménage voleuses, une dure réalité, le manque de marchandises dans les rayons, des prix élevés. Ou pour leurs ambitions non réalisées qu’ils ont sacrifiées à leur famille.

Ensuite, j’ai eu envie de me lever et de leur crier d’arrêter de parler, car je risquais de me sentir blessé. Mes parents n’ont jamais eu de temps pour moi. En fait, je ne sais pas pourquoi j’ai été conçu. Je ne me souviens pas que ma mère m’ait jamais serré dans ses bras ou m’ait raconté une histoire. Même lorsque j’étais malade, au lieu de sympathiser, elle m’a montré son mécontentement à l’idée que je sois allongé et que je ne fasse rien. Après tout, la fièvre et la toux ne sont pas une raison pour ne pas aller à l’école ou ne pas lire un autre livre.

J’ai toujours été « l’étranger » et le “nouvel élève”.
Parce que ma mère était une femme pleine d’ambitions. Elle voulait que je devienne médecin. De préférence un professeur respecté traitant d’une spécialisation difficile. Par conséquent, je devais apprendre tout le temps et seulement apprendre. Papa? Papa était toujours occupé par son travail et ses affaires. Et quand il était à la maison, il se concentrait uniquement sur l’adoration de ma mère.

Nous nous déplacions constamment quelque part : en Libye, en Arabie Saoudite, et enfin à Varsovie, où on lui a proposé un emploi dans l’un des ministères.

J’avais tout ce que mon cœur pouvait désirer : la dernière télévision, le téléphone, des vêtements, des chaussures, des sacs à main et même ma propre voiture de sport, que j’ai reçue à mes dix-huit ans. Mais à quoi ça sert si personne ne m’aimait et ne me contactait ?

Je n’arrêtais pas de changer d’école. Mes parents ont rapidement trouvé leur place dans une nouvelle entreprise, mais c’était difficile pour moi. Parce que, par dépit, j’étais un garçon timide et sûr de lui. De plus, dès que je rencontrais quelqu’un et que je l’aimais, je devais lui dire au revoir. Tout au long de mon enfance et de mon adolescence, j’étais encore « l’étranger » et le « nouvel élève ».

J’ai vu à quel point je devenais une déception pour mes parents. Après tout, un tel canard ne deviendra pas un cygne avec des titres qui orneront le tapis rouge de la médecine ! Ma mère ne s’est pas vantée de moi. À quoi bon, si j’étais un excellent élève, je rougissais et bégayais à chaque fois que je parlais en public ?

Il y avait donc toutes les raisons pour moi de m’effondrer. Cependant, je suis devenu têtu et j’en ai décidé autrement. Je ne sais pas d’où je puise ma force. Peut-être l’ai-je puisée dans la sagesse de nos ménagères successives ? Pour la plupart, c’étaient des femmes simples, dotées d’une nombreuse progéniture et… d’un fort instinct maternel, dans la chaleur duquel une créature solitaire comme moi pouvait aussi se réchauffer…

Nous ne pouvons pas nous permettre grand-chose, mais nous nous aimons
Alors ce jour-là, à l’âge de 13 ans, j’ai décidé de me déconnecter mentalement de mes parents, d’arrêter de compter sur un miracle et de construire mon propre bonheur. Pour ce faire, j’ai dû suivre mon propre chemin.

Après avoir obtenu mon diplôme d’études secondaires, j’ai réussi l’examen d’études polonaises. Je suis devenu enseignant parce que le contact avec les enfants et les jeunes me procure de la joie. J’ai épousé une belle femme et honnête qui m’aime sincèrement. Nous avons trois enfants merveilleux à qui nous permettons d’être eux-mêmes. Nous ne leur achetons pas les vêtements ou les gadgets les plus en vogue parce que nous n’avons pas les moyens de les acheter. Et même si c’était le cas, nous préférerions dépenser cet argent pour un week-end ensemble à la montagne ou une sortie en famille au cinéma.

Comme mes parents, nous vivons à Varsovie, mais j’ai l’impression que ce sont deux Varsovie différentes. Ils vivent dans le luxe dans un quartier résidentiel, nous pourrions nous permettre de vivre dans un immeuble dans une des anciennes enclaves ouvrières. Mais nous préférons notre étroitesse et notre proximité. Et quelque chose d’autre qu’aucune somme d’argent ne peut acheter : l’amour, le respect et l’attention mutuelle.

Et pour cette vie, je suis reconnaissant envers mes parents. Parce que sans leur ambition, leur cupidité et leur arrogance, je n’aurais jamais créé une telle maison et je ne me serais jamais senti aussi heureux.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes