Je suis une femme trahie mais satisfaite. Je n’ai pas eu le temps de compter jusqu’à 5 et mon mari a frappé à ma porte et a quitté sa maîtresse.

La personne la plus proche au monde m’a poignardé au cœur. L’amour, la fidélité et l’honnêteté conjugale sont partis en enfer. Je voulais aimer un homme honnêtement pour le reste de ma vie, comme je l’avais juré. Pendant ce temps, il m’annonce qu’il déménage et me laisse gentiment son appartement. Et qu’étais-je censé faire maintenant ?

– Oui ? Alors comment ? – Ai-je demandé faiblement quand j’ai réalisé de quoi il parlait.

– Pauline, ne créons pas de tragédie…

– Je… fais… une tragédie ? Je n’ai même pas encore commencé ! Nous sommes ensemble depuis près de vingt-cinq ans. Vingt-trois mariés. Nous avons des enfants adultes…

– Exactement. Nous sommes ensemble depuis des siècles, rien ne change dans nos vies… Mais les gens changent. J’ai changé. J’ai besoin de quelque chose de différent et… j’ai trouvé quelqu’un qui peut… Eh bien, nous sommes bien ensemble. Tu comprends j’espère…

Oui, je pouvais dire qu’il était gêné

Cette conversation, cet aveu de culpabilité. Avait-il peur de me faire du mal ? Ou… que je ferais des histoires, ce dont j’avais parfaitement le droit ? L’homme avec qui j’ai été pendant un quart de siècle, que j’ai aimé, à qui j’ai donné naissance à deux filles, avec qui j’ai résolu des problèmes quotidiens, déclare soudain qu’il a besoin d’autre chose et, en fait, il l’a déjà trouvé. Comment étais-je censée me sentir ? Détendue ?!

La personne la plus proche au monde m’a poignardé au cœur. L’amour, la fidélité et l’honnêteté conjugale sont partis en enfer. J’ai tenu mon serment, même si j’ai souvent dû renoncer à mes propres besoins et désirs. Eh bien, lorsque vous fondez une famille, vous cessez d’être votre propre maître, vous apprenez ce que sont les compromis.

Je n’ai jamais recherché l’excitation ou l’épanouissement en dehors de ma famille. Je voulais aimer un homme honnêtement pour le reste de ma vie, comme je l’avais juré. Pendant ce temps, il m’annonce qu’il déménage et me laisse gentiment son appartement.

Alors, qu’étais-je censée faire maintenant ? Comment l’arrêter ? Et que devrais-je faire ? Est-ce que je voulais rester avec l’homme qui m’a trompé ? Dieu sait combien de temps ? Je l’ai aimé la moitié de ma vie, et lui… Puis il m’a rappelé une citation du “Petit Prince”, le livre préféré de notre Perrine.” Si vous aimez quelque chose, laissez-le aller. Quand cela vous revient, c’est le vôtre. Sinon, cela n’a jamais été le vôtre.” J’ai donc regardé sans un mot Roger préparer ses bagages et les porter jusqu’à sa voiture. Je ne savais pas qui elle était. Je ne voulais pas savoir, encore moins les voir ensemble.

Maintenant, il prétend que c’était une erreur ?!

Ce n’est que lorsque la porte s’est refermée derrière lui que je me suis permise de pleurer. Quelque chose a changé de manière irréversible dans ma vie. Je devais le dire aux filles… Mon Dieu, j’ai senti la couleur me monter aux joues. Pourquoi ai-je honte alors que ce n’est pas de ma faute ? Ce n’est pas moi qui ai triché, ce n’est pas moi qui ai abandonné ma maison et ma famille, ce n’est pas moi qui aurais dû m’expliquer !

Je n’allais pas demander le divorce. S’il le veut, qu’il s’en occupe, qu’il en supporte les frais… J’avais ma propre vie, la même qu’avant, un travail, quelques amis et des filles qui me soutenaient beaucoup. Et petit bonus : je n’ai pas eu à laver son pantalon ni à ramasser la vaisselle qu’il laissait partout dans la maison.

La demande de divorce n’arrivait pas et je ne l’attendais pas vraiment avec impatience. Quand, après plusieurs mois de silence, Roger m’a appelé et a demandé à parler, j’ai pensé qu’il s’agissait de cette affaire. J’étais hésitante – parlons-en avec des avocats – mais il était très insistant, presque suppliant. Et quand il s’est tenu sur le seuil de la porte, il a fondu en larmes. Je lui ai donné du thé à la framboise, ce qui lui a toujours remonté le moral, du moins lorsque nous étions un bon couple marié.

– Personne ne me connaît ou ne me comprend mieux que toi… – soupira-t-il en prenant de petites gorgées de boisson chaude.

– Où veux-tu en venir…

Ai-je besoin de tels textes ? Maintenant ? Quand j’ai surmonté le premier choc de la rupture, quand je me suis un peu calmée ? Comme s’il jetait un os à un chien qui n’a plus faim.

– Mais c’est vrai ! – souffla-t-il. – Mon Dieu, comme j’étais stupide ! Je pensais que j’avais besoin de quelque chose de différent, de quelque chose de plus, mais je t’ai perdu. Toi ! Et tout ce que tu m’as donné. Quand j’ai réalisé cela, je me suis immédiatement éloigné d’elle. Je vis seul depuis trois mois en guise de punition. De toute façon, je n’ai pas eu le courage de revenir, mais… je n’en peux plus. Tu me manques tellement, tellement terriblement !

« La roue tourne… » répétai-je, car il avait utilisé les mêmes mots en partant.

– Oui ! Je suis à la fin. La solitude et la vie sans toi sont un cauchemar ! Ta voix, ton sourire, ton odeur me manque, même la façon dont tu te retournes dans ton sommeil. Si vous pouvez me pardonner, je vous serai reconnaissant pour le reste de ma vie. Je suis très très désolé. Je ne sais pas d’où vient cette idée malsaine que quelque chose d’autre me rendra heureux, quand tu l’étais et l’es encore. Pauline, laisse-moi rentrer chez toi. Tu es l’amour de ma vie, même si je suis devenu fou pendant un moment et j’ai imaginé quelque chose. Je suis désolé chérie…

Je dois y réfléchir à fond

Il a pleuré et s’est humilié, et je suis resté assise là comme frappé par la foudre. Il a parlé de sentiments, probablement plus que dans tout notre mariage. Que c’est seulement lorsqu’il était loin de moi qu’il comprenait ce qu’était une relation, un mariage, un amour… Je ne savais pas comment réagir. Ici était assis mon mari prodigue, repentant et malheureux, implorant pardon, promettant de me porter dans ses bras lorsque je lui donnerais une seconde chance. C’est un homme qui m’a trahi, piétiné des années de notre vie commune et m’a abandonné comme un vieux balai parce qu’il en a trouvé un nouveau, soi-disant meilleur, qui a échoué.

“Roger… qu’est-ce que tu as fait…” ma voix se brisa.

– Je sais ! Et je ne peux pas me regarder dans le miroir. Je sais combien j’ai gaspillé parce que quelqu’un m’a tourné la tête et je suis parti à la recherche d’aventures. Parce que j’étais un idiot, ignorant que mon plus grand bonheur m’attendait à la maison. Au lieu de prendre soin d’eux, j’ai nourri dans mon âme un manque imaginaire… Pauline, il n’y a pas de mots pour exprimer combien je suis désolé, combien je regrette… Je suis de tout regret, ça me remplit, m’étouffe et ne me laisse pas dormir… aie pitié… – Roger a caché son visage dans ses mains.

Je lui ai dit que je devais y réfléchir. J’ai été à nouveau choquée. Mon mari était calme depuis des années, et maintenant il me mettait dans des montagnes russes émotionnelles. Je ne savais pas quoi faire. J’ai déjà accepté notre rupture. J’ai réglé mes sentiments et réorganisé ma vie, qui ne tournait plus autour du gars. Et soudain, il y réapparaîtrait ? Vais-je pouvoir oublier ce qui s’est passé ? Me débarrasser des images indésirables de votre tête ? Lui avec celle-là, lui avec différentes femmes…

Après quelques jours de réflexion, j’ai réalisé que je n’oublierais pas. Parce que c’est impossible. Je n’ai pas non plus oublié les bons moments de bonheur. Cependant, un retour réussi ne nécessite pas l’oubli, mais le pardon. Le vrai, sans rappels constants. Et je pourrais pardonner. Je l’ai aimé. C’est la vérité. Cet amour, bien que très blessé, était toujours en moi. Si on en prend soin, il guérira, et apparemment un os cassé est plus fort après guérison…

J’ai appelé Roger.

Il n’a pas été facile de se remettre d’un tel “incident”, mais nous essayons. Peut-être que ça ne marchera pas, mais au moins nous ne regretterons pas de ne pas avoir essayé de sauver cette relation, toutes ces années ensemble, ces bons souvenirs, et d’en créer de nouveaux ensemble. Les filles ont été aussi surprises que moi par la “conversion” de leur père, mais elles ont unanimement dit qu’elles étaient formidables, très heureuses, le vieux couple était à nouveau ensemble, branché, hourra et beaucoup de bonheur sur le nouveau chemin de vie!

J’apprends encore à pardonner

La nouveauté, c’est que nous prêtons davantage attention à nous-mêmes. Les enfants étaient évidemment au premier plan, mais nous n’avions généralement pas assez de temps, de force ou d’argent. Maintenant, nous sortons avec des rendez-vous et nous promenons en nous tenant la main. Nous parlons beaucoup, non seulement de ce qu’il faut faire à la maison, mais surtout de ce qui nous convient ou non. Pour attraper la crise qui se cache quelque part au coin de la rue ou dans le brouillard.

J’apprends encore à pardonner. Vous ne pouvez pas pardonner en un claquement de doigts. C’est un long processus qui pourrait ne jamais se terminer. Je me lève le matin et j’ai l’impression que je dois lui pardonner encore une fois. Mais cela me prend de moins en moins de temps et demande de moins en moins d’efforts.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes