Michel ne savait pas comment il s’était retrouvé dans un orphelinat. Il ne se souvenait pas de ses parents. Il était sur le point d’avoir cinq ans et, d’aussi loin qu’il se souvienne, il attendait sa mère et son père tous les jours.

Paul et Marie sont mariés depuis neuf ans. Pendant toutes ces années, ils ont espéré que Dieu leur donnerait le bonheur de la maternité, mais malheureusement cela ne s’est pas produit. Ils ont donc décidé d’adopter un enfant ensemble. Ils ont décidé que ce serait un garçon, il ne restait plus qu’à choisir un orphelinat.
Un jour, Paul a regardé une émission racontant l’histoire d’un garçon qui attendait avec beaucoup d’espoir de retrouver sa mère et son père. Le petit s’appelait Michel. Paul a vu le petit et a dit qu’il ressemblait beaucoup à sa femme. Il a appelé Marie, qui faisait quelque chose dans la cuisine :
– Marie, viens vite voir à quel point ce garçon te ressemble.
Marie a couru dans la pièce, a regardé attentivement le bébé sur l’écran et a senti l’amour l’envahir.
Michel ne savait pas comment il s’était retrouvé dans un orphelinat. Il ne se souvenait pas de ses parents. Il était sur le point d’avoir cinq ans et, d’aussi loin qu’il se souvienne, il attendait sa mère et son père tous les jours. Il reste assis à la fenêtre et regarde si ses parents viendront le chercher. Vont-ils le ramener à la maison ? Chaque fois qu’il voyait quelqu’un d’inconnu, son cœur battait vite et il était rempli d’espoir qu’ils viendraient le chercher. Cependant, les gens allaient et venaient et Michel restait toujours à l’orphelinat.
Marie et Paul sont arrivés avec un paquet de documents concernant l’adoption de Michel. Lorsque le garçon regarda par la fenêtre, comme d’habitude après le petit-déjeuner, il vit un homme et une femme parler à son professeur. Son cœur manqua un battement et il ne savait pas pourquoi il se sentait soudainement anxieux. Quand, dix minutes plus tard, il les vit marcher dans le couloir vers lui, il sentit de tout son cœur et de toute son âme qu’ils étaient ses parents, qu’ils venaient le chercher.
Le couple n’avait pas encore atteint la pièce d’où Michel les surveillait lorsqu’il courut à leur rencontre
– Tu es mon père, n’est-ce pas ? – il les regardait avec tellement d’espoir dans les yeux que cela lui brisa le cœur.
– Eh bien, oui, bien sûr, je suis ton père, et voici ta mère – Paul se pencha vers le garçon et le prit dans ses bras. Le petit le serra de toutes ses forces, le serrant fort autour du cou, puis, serrant Marie dans ses bras, il murmura :
– Maman, j’ai toujours su que tu me trouverais et m’emmènerais avec toi. J’ai regardé par la fenêtre et j’avais peur de ne pas te remarquer.
Michel avait tellement de joie dans les yeux que même le professeur ne pouvait pas le supporter et versait secrètement des larmes.
La vie de Michel a complètement changé. Ses parents l’adoraient. Paul travaillait, Marie restait à la maison avec lui, jouant, se promenant et remplissant ses armoires de jouets et de vêtements. Ils ont décidé de ne pas l’envoyer à la maternelle. Marie n’en avait jamais assez de lui. Tous deux se consacrèrent entièrement au fils qu’ils attendaient depuis si longtemps.
Une année s’est écoulée, peut-être un peu plus, et Michel ne parlait plus de sa vie à l’orphelinat, comme s’il l’avait oubliée. Cependant, au fond de son âme, il y avait des souvenirs de l’époque où il attendait l’arrivée de ses parents. Un jour, Paul rentrait du travail pendant que Marie préparait quelque chose dans la cuisine. Peu après, elle appela ses hommes pour le dîner.
Ils s’assirent à table, Marie mordit un morceau de côtelette et se sentit soudain mal. Elle a tout laissé tomber et a couru aux toilettes. Paul et Michel se regardèrent et coururent après elle. Ils se tenaient près de la porte de la salle de bain et écoutaient l’eau couler du robinet. Au bout d’un moment, Marie sortit, pâle, et dit que la viande crue qu’elle avait essayée en préparant des côtelettes lui était probablement nocive.
Le lendemain, Marie se sentit à nouveau mal. Son mari a dit qu’elle devait consulter un médecin. Et c’est ainsi que la femme a découvert qu’elle était enceinte. Elle était très heureuse de cette nouvelle, alors elle a couru le plus vite possible pour partager sa joie avec Paul.
Lorsque l’homme a vu son heureuse épouse sortir en courant de la clinique, il s’est senti soulagé de constater que rien de grave ne s’était produit. Elle courut vers lui et lui dit :
– Nous aurons un bébé !
Paul a sauté de la voiture et l’a doucement placée sur le siège.
– Oh, tu ne peux plus t’encombrer de quoi que ce soit et faire des mouvements brusques maintenant.
Au début, Michel ne savait pas pourquoi ses parents étaient fous de bonheur, ils étaient heureux comme des enfants et constamment joyeux. C’est pourquoi il a demandé à sa mère pourquoi elle était si joyeuse :
– Mon fils, tu auras un frère ou une sœur. Es-tu heureux? Veux-tu avoir une sœur ou un frère ?
Michel le voulait beaucoup, surtout un frère. Il n’aimait pas les filles avec leurs poupées, mais pour son frère, c’était une toute autre affaire. Il était très heureux de cette nouvelle et a assuré à sa mère qu’il voulait vraiment avoir des frères et sœurs.
À partir de ce jour, les hommes traitèrent Marie avec beaucoup de soin et l’aidèrent dans tout. Michel lui a apporté de l’eau et des pantoufles pour que les pieds de sa mère n’aient pas froid. Ils sont tous allés au magasin ensemble pour que la femme n’ait rien à porter de lourd. Jusqu’à ce que le printemps arrive enfin et qu’André naisse.

Toute la famille était heureuse, seul Michel réfléchissait de temps en temps, rangeait ses jouets et recommençait à jouer. Lorsque sa mère et son frère sont revenus de l’hôpital, Michel a gardé un œil sur son frère. Il a regardé. Il est si petit, il plisse drôlement le nez, fait claquer ses lèvres drôlement et se tord le visage. La nuit, André réveille toute la maison avec ses cris bruyants et ne se calme que lorsque sa mère le tient dans ses bras.

Cinq jours après le retour de la mère et du nouveau-né de l’hôpital, Paul remarqua que le fils aîné était devenu un peu triste. Lorsqu’il s’est levé pour travailler le matin et a ouvert l’eau pour le café, il a remarqué de la lumière venant de dessous la porte de la chambre de son fils. Il ouvrit la porte et trouva Michel habillé, avec un sac à dos et une petite boîte contenant des jouets emballés.

Paul n’a rien compris à tout cela :

– Michel, où vas-tu si tôt ? Maman et André dorment encore.

Le garçon s’approcha de son père et lui dit :

– Papa, je suis grand maintenant et je comprends tout. Maintenant tu as André et tu m’enverras à l’orphelinat. Je n’ai vraiment pas envie d’y aller. J’ai emballé mes affaires et quelques jouets, j’ai laissé le reste à mon frère, quand il sera grand, il en aura besoin aussi.

Paul regarda les yeux tristes de Michel et, retenant avec difficulté ses larmes, le serra contre lui :

– Mon fils, oui, tu as grandi, tu as déjà sept ans, mais tu ne comprends pas encore tout. Tu es tout autant notre fils qu’André, et tu ne penses même pas combien on t’aime. Nous avons beaucoup besoin de toi, nous serions malheureux sans toi. Tu es comme un fils pour nous, pour toujours. Vous êtes nos enfants, vous êtes deux frères, vous grandirez et resterez ensemble. Tu es le frère aîné et qui défendra le plus jeune ?

À ce moment-là, Marie entra dans la chambre de Michel et vit ce tableau. Ses jambes se sont pliées sous elle jusqu’à ce qu’elle s’assoie par terre :

– Cher Michel, pourquoi n’as-tu pas pensé à nous ? Qui va nous aider à élever ton petit frère ? Qui va lui apprendre à jouer à cache-cache ? Papa et moi te cherchons depuis longtemps et nous t’aimons beaucoup. Ne pense plus jamais à l’orphelinat, tu n’y retourneras jamais, ton père et moi te le promettons. Nous t’aimons autant que nous aimons André, le petit nécessite juste plus de notre attention maintenant, désolé si nous n’avons pas assez de temps pour toi. Tu es le plus grand trésor pour moi et pour ton père.

Michel pleurait beaucoup, mais c’étaient des larmes de joie, il se sentait à nouveau heureux, comme lorsque sa mère et son père l’ont emmené à l’orphelinat. Une pierre est tombée de son cœur, car même si ses parents ne s’en rendaient pas compte, il se souvenait encore d’où ils l’avaient emmené.

Le temps a passé. André a grandi, Michel est allé à l’école, papa a travaillé et maman est restée à la maison avec son jeune frère et est allée chercher son frère aîné à l’école.

Marie remercie le Seigneur pour Michel à chaque fois dans la prière. Pour une raison quelconque, elle est convaincue que c’est grâce à lui qu’elle et son mari ont eu la chance d’avoir un deuxième fils.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes