Elle voulait une maison gratuite, mais cela s’est soldé par des problèmes.

Le frère de mon père n’a jamais eu d’enfants, mais l’œuvre de sa vie a été une luxueuse villa près de l’Espagne. La femme de mon oncle était une artiste locale et ils avaient tous deux une passion pour l’art. Ils collectionnaient des objets d’artisanat, des corbeaux blancs et d’autres objets de valeur qu’ils parvenaient à acheter à des prix avantageux. Ma tante est décédée il y a quelques années et la santé de mon oncle a commencé à se détériorer.

Mon mari et moi rendions visite à mon oncle, faisions ses courses de la semaine, nettoyions la cuisine et les salles de bains, et une fois par mois, une femme de ménage payée par nos soins venait faire le ménage général de toute la maison. Mon oncle nous a toujours accueillis et était reconnaissant que nous l’ayons autant aidé. Il nous a même encouragés à emménager avec lui, car la maison était trop grande pour une seule personne. Nous avons notre propre appartement en Espagne et nous ne voulions pas y renoncer. Nous aimons vivre en ville, nous sommes proches du travail et de la crèche et nous respectons l’indépendance.

Mon frère n’a pas eu autant de chance que moi dans la vie. Il n’y a pas de bon travail, il vit avec sa famille dans un petit appartement social et a à peine de quoi vivre. Ils n’ont jamais rendu visite à mon oncle, mais dès que je leur ai parlé de ses problèmes de santé, ils sont venus le voir le lendemain et ont parlé de leur situation financière difficile. L’oncle est peut-être malade, mais il a une bonne mémoire, et il est très direct et commente immédiatement leur visite soudaine.

Depuis toutes les années que nous aidons mon oncle, il ne me serait jamais venu à l’esprit de lui demander quoi que ce soit en signe de gratitude. Je le fais par respect, le matérialisme ne m’intéresse pas. À leur tour, mon frère et ma belle-sœur, dès qu’ils virent les objets de valeur accumulés dans la maison de mon oncle, leurs yeux s’illuminèrent de joie. En quelques jours, ils avaient emménagé dans la villa avec mon oncle.

Il s’est avéré que lors de leur première visite, mon oncle avait mentionné qu’il avait proposé de me laisser emménager avec lui, mais j’ai refusé, alors ma belle-sœur l’a intelligemment convaincu qu’ils seraient un parfait remplaçant pour moi et il aurait de la compagnie tous les jours. Je ne m’entendais jamais avec elle, je sentais qu’elle était jalouse de mes bonnes relations avec mon frère. Malheureusement, Paul a considérablement limité nos rencontres, apparemment sous l’influence de sa femme. Ils ne m’ont contacté que lorsqu’ils voulaient emprunter de l’argent, mais jusqu’à présent, je n’ai reçu aucun prêt en retour.

Le déménagement de mon frère a coïncidé avec le moment où j’étais déjà enceinte de six mois et j’étais même heureuse que maintenant, ils s’occupent de mon oncle. Je me suis concentrée sur la préparation d’une chambre pour mon enfant et sur l’emballage des affaires pour l’hôpital. Plus tard, nous étions heureux du nouveau membre de la famille et six mois s’étaient écoulés depuis la dernière visite à mon oncle.

Un samedi matin, j’ai décidé d’aller chez mon oncle et de lui présenter le petit Thomas. J’ai emmené les autres enfants à la maternelle et je suis allée directement chez mon oncle. Déjà dans la cour, j’entendais la voix élevée de ma belle-sœur :

– Combien de fois t’ai-je dit que tu dînerais si tu signais le testament ? Va dans ta chambre et ne me dérange pas !

J’ai attendu quelques minutes et j’ai frappé à la porte. Ma belle-sœur a essayé de m’inviter à sortir avec moi de différentes manières, mais j’ai finalement réussi à entrer dans la maison. J’ai immédiatement posé des questions par rapport à mon oncle, elle m’a répondu qu’il ne se sentait pas bien et est allée vérifier s’il était réveillé. À travers la porte fermée, je l’ai entendue lui dire qu’il ne devait rien me dire et faire semblant d’être heureux, et qu’il dînerait.

Je suis entrée dans la maison de mon oncle et j’ai vu des larmes dans ses yeux. Mais il ne s’est pas plaint un mot. Je lui ai donné le bébé à tenir et je suis allée aux toilettes. J’ai jeté un coup d’œil dans le salon et j’ai vu que la plupart de la collection de mon oncle avait disparu. J’étais terrifiée, alors j’ai décidé d’appeler mon mari et de lui demander quoi faire. Heureusement, je peux toujours compter sur lui et il a trouvé une excellente solution pour mettre fin aux souffrances de mon oncle. Je devais juste parler à tout le monde et jouer pour gagner du temps.

Je suis retournée dans la chambre de mon oncle, j’ai pris mon fils dans mes bras et j’ai rassemblé tout le monde dans le salon. J’ai demandé à ma belle-sœur de préparer du thé pour tout le monde et j’ai murmuré à l’oreille de mon oncle de ne pas s’inquiéter et que mon mari et moi nous allions nous occuper de tout. Il m’a souri chaleureusement et a commencé à jouer avec moi. Nous avons parlé comme une famille heureuse, mais au bout d’une heure, ma belle-sœur a fait tout ce qu’elle a pu pour se débarrasser de moi. Juste au moment où elle perdait patience, la sonnette retentit. C’est mon mari qui est venu à la rescousse.

J’ai demandé à mon frère d’ouvrir la porte, car c’était bien mon mari qui était venu saluer son oncle. Sa surprise fut grande lorsqu’un policier apparut également sur le seuil. J’ai signalé les abus à mon oncle et l’affaire a été portée au poste de police local. Moins de deux jours plus tard, mon frère et sa famille ont quitté la maison de mon oncle. Bien sûr, je l’ai emmené avec moi pour le moment pour m’assurer qu’il mangerait régulièrement et qu’il ne lui arriverait aucun mal.

Ma belle-sœur a été arrêtée pour avoir vendu les affaires de mon oncle et les cheveux de mon frère sont devenus gris trois mois après la résolution de l’affaire. Il s’est avéré qu’il n’avait aucune idée des intentions criminelles de sa femme, mais il a consenti à la violence psychologique contre son oncle.

Le pauvre oncle était si reconnaissant de mon aide qu’il m’a laissé tous ses biens. Nous avons repris les visites régulières et nous nous entendons très bien. Nous avons même embauché une femme de ménage pour que mon oncle ait de la compagnie tous les jours. Je me sens extrêmement coupable d’avoir dû endurer un tel traitement de la part de ma belle-sœur et de mon frère pendant plus de six mois.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes