Après le divorce, mon mari a décidé que non seulement il ne paierait pas de pension alimentaire, mais qu’il prendrait également mon appartement.

L’année dernière, j’ai vécu un divorce difficile avec mon mari. La raison en était sa trahison. Quand j’ai découvert ses aventures, je n’ai pas pu le supporter et j’ai immédiatement déménagé avec mon fils chez mes parents.

 

 

L’appartement dans lequel nous vivions auparavant m’appartenait. Damien m’a un jour offert un tel cadeau pour mon trentième anniversaire. C’est un homme d’affaires, donc il pourrait facilement se le permettre. Il y vit désormais avec sa nouvelle petite amie. En fait, je m’en fichais de cet appartement.

 

 

Mes parents m’ont proposé d’emménager chez eux avec mon fils. La maison est assez grande, avec un grand terrain, l’enfant a de la place pour courir. Je suis la fille unique de mes parents, ils ne m’ont donc jamais rien reproché. Ils m’ont cédé leur entreprise et maintenant, je la dirige.

 

 

Pendant tout ce temps, Damien ne s’intéressait même pas à notre fils commun. J’étais contente qu’il ne veuille pas le ramener à la maison. Il était bien plus important pour lui de ne pas nous donner un sou et de reconstruire sa vie.

 

 

Mais il a appelé récemment. Je pensais qu’il se souvenait qu’il était père, mais ce n’était pas le cas. Il a commencé à parler de l’appartement, qui était officiellement le mien. Il a crié quelque chose et m’a menacé de les lui céder.

 

 

Jusqu’à présent, cet appartement ne m’intéressait pas du tout, mais après ses menaces, j’ai commencé à agir par principe. J’ai dit que je ne le donnerais pas à Damien. Il ne paie pas un centime de pension alimentaire et il veut quand même tout me prendre. Son seul argument est que je gagne aussi de l’argent. Eh bien, je suppose que l’enfant est partagé ? Je pense que les deux parents devraient soutenir leur fils ?

 

 

J’ai engagé les meilleurs avocats et ils ont tous statué à l’unanimité que mon ex-mari n’avait aucun droit sur cet appartement. Je savais déjà ce que je ferais : j’ai trouvé des acheteurs et j’ai décidé de le vendre. Mais Damien était vigilant : il a changé les serrures des portes et nous n’avons pas pu entrer. J’ai dû tout gérer par l’intermédiaire de la police et lutter contre la bureaucratie, mais j’ai réussi : j’ai expulsé le traître et  ensuite vendu mon appartement.

 

 

J’ai décidé qu’avec cet argent, j’en achèterais un nouveau, où je vivrais avec mon fils et que nous recommencerions à zéro. Plus tard, je lui laisserai cet appartement. Damien m’a appelé plusieurs fois avec des menaces, mais j’ai arrêté de répondre au téléphone, je l’ai bloqué et c’était tout. Maintenant, je cherche des moyens de le priver de ses droits parentaux. Je veux que notre fils puisse vivre librement, sans aucune « surveillance » de sa part.

 

 

Je pense que beaucoup de femmes tombent dans les pièges de ces « hommes », mais je peux dire une chose avec certitude : la vie après le divorce est beaucoup plus heureuse qu’on ne le pense. Je ne perds pas espoir de trouver mon véritable amour, je crois que cela arrivera bientôt. Et maintenant, mon fils et moi vivons heureux et en paix.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes