Lorsque ma belle-fille est venue vivre avec nous, elle a félicité mon mari et moi et a dit que nous étions si merveilleux et que personne n’avait une belle-famille comme celle-là. Inès ne nous a préparé que des choses délicieuses, puis elle a dit qu’il serait préférable pour nous de vivre en dehors de la ville, car lorsque nous vieillissons, nous avons besoin d’air frais. Elle a suggéré que nous déménagions et contractions un emprunt.

Dernièrement, je ne suis plus surprise de voir à quel point notre belle-fille, Inès, est ingénieuse et intelligente. Elle nous a tellement déroutés que nous ne savons pas si nous devons ou non accepter sa proposition.

 

Ma belle-fille a trois ans de plus que notre fils, elle en a maintenant 32. Lorsque nous l’avons rencontrée, nous ne comprenions pas ce que notre fils voyait en elle : des cheveux rebondis, teints en noir, une apparence simple et discrète. Mais elle parle magnifiquement et sait intéresser l’interlocuteur dès les premières minutes.

 

Elle est arrivée dans notre ville il y a plus de dix ans. Elle a étudié la comptabilité. Elle a toujours travaillé à domicile et s’occupe toujours de la comptabilité de plusieurs entrepreneurs. Elle ne dit à personne combien elle gagne, même notre fils n’en est pas sûr.

Elle n’a pas de père. Inès a été élevée par sa mère, qui s’est remariée il y a quelque temps. La jeune fille n’a pas trouvé de langue commune avec son beau-père. Après avoir obtenu son diplôme, elle a décidé de ne pas rentrer chez elle et est restée en ville.

 

Inès savait charmer les hommes, elle n’avait pas honte d’accepter des cadeaux et même de l’argent de leur part. Elle a vécu sans rien se priver. Les autres filles le cacheraient, mais pas Inès, elle en était fière. Elle considère que sa principale réussite est le fait qu’un jeune homme aussi beau que notre fils Paul est tombé amoureux d’elle. Et elle ne cesse de nous féliciter, moi et mon mari, d’être si merveilleux avec elle, en disant que personne n’a d’aussi bons beaux-parents.

 

Les enfants voulaient vivre avec nous, alors nous vivons tous ensemble. Au début, tout allait bien : Inès cuisinait parfaitement, nettoyait l’appartement et faisait toujours des courses. C’est vrai qu’on lui donnait de l’argent pour tout, parce que, comme elle le disait, elle envoyait de l’argent à sa mère malade.

 

Un jour, j’ai demandé à mon fils : quel travail a Inès, car elle reste assise devant l’ordinateur tout le temps – quelqu’un la paiera pour cela ? Mais mon fils a répondu qu’elle y gagnait de l’argent. Il dit qu’il ne peut pas trouver un autre emploi pour l’instant, mais il pense qu’il aura plus de clients et qu’il gagnera ensuite plus. Nous avons remarqué qu’Inès dépense tout son argent uniquement pour elle-même. Elle n’achète que le meilleur et Paul ne porte qu’un seul pantalon. Il regrette d’avoir dépensé de l’argent pour lui-même et donne l’intégralité de son salaire à sa femme.

 

Mais dernièrement, nous n’avons pas réussi à parvenir à un accord avec Inès. Elle ne s’occupe pas du tout de la maison, elle ne nettoie pas après elle ou son mari, même si elle est tout le temps à la maison. Mon mari et moi travaillons jusqu’au soir, et quand nous rentrons à la maison, il n’y a rien à manger, Inès ne pense même pas à faire quoi que ce soit. Elle a décidé de ne pas acheter de nourriture pour ne pas gaspiller son argent. Pour économiser pour un manteau de fourrure, dit-elle, il faut économiser de l’argent. Des nuages ​​d’orage planaient dans la maison et nous avons réalisé qu’il était temps de nous séparer, vivre ensemble était tout simplement insupportable.

 

Nous pensions que les jeunes allaient déménager, mais mon fils ne veut pas, il dit qu’il est proche du travail. Paul ne veut pas non plus vivre dans un appartement loué, car il dit qu’il devra se soumettre aux propriétaires, et ce n’est pas pour lui. Peut-être pourraient-ils contracter un emprunt ? Mais qui le leur donnera, puisque Paul travaille à la commission et Inès ne gagne en réalité que de l’argent supplémentaire. Et puis ma belle-fille m’a fait une proposition : « Tu peux contracter un prêt sur 15 ans, ils te le feront sans problème. Vous achèterez un appartement quelque part en dehors de la ville, car il y a de l’air frais là-bas, comme il l’a découvert dans sa vieillesse. Maman a encore un an avant sa retraite, elle peut chercher un emploi dans un nouvel endroit pour ne pas faire la navette. Et ne vous inquiétez pas pour le prêt, je le rembourserai, juste quelques clients en plus et il y aura plus d’argent.”

 

J’étais choquée. Mon mari et moi ne pensons pas qu’Inès gagnera beaucoup d’argent. Après tout, ils vivaient de notre poche depuis si longtemps et elle a dépensé sans réfléchir le salaire de Paul. Mon fils me convainc : “Maman, on va rembourser, on aura assez d’argent aussi bien pour la vie que pour le prêt.” Maintenant, je ne sais pas, peut-être que mon fils a raison ? Nous devons lui faire confiance et l’aider, car qui le fera sinon nous ? Nous croyons aussi en Inès, je pense qu’elle ne nous laissera pas dans la pauvreté… Ma belle-fille est inscrite chez nous, l’appartement est enregistré à mon nom et nous ne voulons pas échanger l’appartement contre un autre. Eh bien, il appartiendra toujours à mon mari et à moi. Mais les enfants pourront-ils rembourser le prêt ?

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes