Récemment, j’ai été obligé d’envoyer mon fils dans un orphelinat. Beaucoup me condamneront pour cet acte, mais c’était la seule issue à notre situation.

Dans un moment de profond désespoir, j’ai pris la décision frénétique de laisser mon fils bien-aimé dans un orphelinat, croyant qu’il y trouverait de meilleurs soins que ceux que je pourrais lui prodiguer. En tant que mère célibataire, seule et sans soutien, j’ai été confrontée à d’énormes défis.

Au début, nous survivions avec mes économies, mais bientôt, la pression financière liée au strict nécessaire est devenue écrasante. Même si j’ai trouvé un emploi à temps partiel, l’équilibre entre gagner et prendre soin de mon fils était déséquilibré et nous étions en lutte constante.

La vie peignait un tableau différent. J’ai épousé un homme d’affaires prospère, nous vivions confortablement, mes journées étaient remplies d’amour et de sécurité – et je n’aurais jamais pu prévoir la tournure tragique du destin.

La mort prématurée de mon mari dans un accident simulé nous a privés de sécurité et de stabilité. Restée enceinte, sans maison, sans entreprise ni économies, je me suis concentrée sur la survie. J’ai vendu tout ce que j’avais pour un modeste espace de vie, acceptant n’importe quel travail pour survivre.

La générosité de notre ancienne cuisinière a brièvement atténué nos difficultés, mais du coup, son incapacité à nous aider pour cause de maladie nous a ramenés à l’isolement.

Face à un choix impossible, j’ai choisi celui qui promettait à mon fils une chance d’avoir une vie meilleure – malgré le tourment personnel qu’il nous a causé à tous les deux. Chaque jour, je prie pour qu’il me pardonne, hanté par la réalité de vivre dans un orphelinat, une douleur que je ne connais que trop bien.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes