Quand ma fille s’est mariée, je lui ai donné mon appartement. Mais après un appel d’urgence d’un voisin, je leur ai rendu visite et j’ai été étonné par ce que j’ai vu.

Lorsque ma fille a eu 29 ans, j’ai commencé à l’observer essayant de trouver un partenaire convenable, mais ne montrant aucun intérêt pour la vie familiale et la carrière, malgré son intelligence et sa réussite scolaire.

Malgré mes craintes pour son avenir, d’autant plus que ses pairs avaient déjà fondé une famille, j’ai continué à la soutenir.

Lorsqu’elle a annoncé son mariage avec Olivier, un homme que je considérais digne et solidaire, j’ai ressenti une vague de soulagement et de bonheur, espérant que cela marquerait un nouveau chapitre positif dans sa vie.

Pour soutenir leur nouvelle vie commune, je leur ai offert mon appartement et j’ai déménagé pour aider mes parents âgés au village. Cependant, après le mariage, la communication de ma fille avec moi a diminué, ce que j’ai naïvement pris comme un signe de leur bien-être.

Cette illusion s’est brisée après ma visite spontanée suite à un indice alarmant d’un voisin. J’ai été choquée de constater que mon appartement était dans un état de désolation totale et que la situation de ma fille et de son mari s’était sensiblement aggravée dans ce chaos.

Face à cette scène, j’ai exigé qu’ils partent. La réaction de ma fille a été froide et renfermée, ce qui a marqué la fin de notre communication.

Malgré les éventuelles critiques de ma décision, je maintiens mon opinion selon laquelle tolérer leur mode de vie destructeur fera plus de mal que de bien. Ils n’ont jamais souffert de l’errance. Au contraire, ils ont consciemment choisi la voie de la paresse et du renoncement, dont, à mon avis, ils devront se débarrasser.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes