Olivier s’est toujours considéré comme une personne digne de plus que ce qu’il avait, malgré le fait qu’il avait une merveilleuse épouse, Aline.

Quand j’étais petite, ma famille avait l’air normale : mes parents travaillaient et nous ne manquions jamais de nourriture ni de vêtements. Cependant, leur participation à mon éducation a été minime : ils se sont donné pour mission de m’apprendre l’indépendance. Cette approche signifiait qu’il n’y avait aucun réconfort dans les moments difficiles et que les erreurs étaient considérées comme des punitions plutôt que des leçons. À la maternelle, je devais m’habiller, mémoriser des poèmes sans aide et, au moment où j’allais à l’école, préparer le petit-déjeuner et le déjeuner sans surveillance.

Au fur et à mesure que je grandissais, de plus en plus de responsabilités me tombaient dessus, notamment celle de me laver et de cuisiner seule. Mes parents ont choisi mes vêtements sans tenir compte de mes préférences et ne m’ont apporté aucun soutien dans mes études, soulignant que j’étais responsable de ma propre éducation. Ils ont clairement fait savoir qu’ils ne paieraient pas mes études ultérieures, insistant sur le fait que tous mes souhaits devaient être réalisés de manière indépendante. Quand j’ai commencé à travailler, ils ont exigé une part de mes gains pour les dépenses du ménage.

À l’âge de 18 ans, j’ai déménagé, cherchant la liberté et le confort psychologique loin de chez moi, où je me sentais davantage comme une servante. Ce déménagement a entraîné une interruption complète de 10 ans avec mes parents jusqu’à ce qu’ils me contactent, s’attendant à ce que je les aide aux réparations, comme si je leur devais mon éducation. J’ai d’abord confronté ma mère à propos de leur style parental détaché, qu’elle a ignoré, déclarant qu’ils voulaient simplement que je sois indépendante. En effet, j’ai grandi seule, mais cela m’a laissé un sentiment de détachement et de manque d’engagement envers eux. J’ai réalisé que leur approche minimaliste de l’éducation des enfants n’était pas liée à l’éducation à l’indépendance, mais à la réticence à communiquer avec leur enfant.

 

 

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes