Ayant reçu une promotion au travail, Orianne a décidé de ne pas en parler à son mari. Il s’est avéré qu’elle l’a fait pour une bonne raison.

Orianne a quitté son travail satisfaite. Le matin, tout se passait comme d’habitude : elle se levait avant tout le monde, préparait le petit-déjeuner, nourrissait son mari et sa fille. Après avoir emmené sa fille à l’école, elle est allée travailler. Une heure seulement s’est écoulée lorsque la secrétaire du patron l’a appelée et lui a dit que le patron l’appelait d’urgence. Orianne avait un peu peur. “Tu l’as grondé pour rien, semble-t-il, mais alors pourquoi l’appelle-t-il ?”, pensa-t-elle. “Orianne, asseyez-vous”, dit son patron d’une voix calme. — J’ai une conversation importante pour vous, dont dépendra votre future carrière. Orianne regarda inexplicablement le patron. Différentes pensées se bousculaient dans sa tête. Elle a travaillé pour cette entreprise pendant sept ans et même lorsqu’elle a été promue chef du département, le patron ne l’a pas appelée. “Alors, il veut me licencier”, pensa-t-elle, “même si son département se porte très bien ce mois-ci”. “Orianne, n’aie pas peur”, dit le patron avec un sourire.

– Je te regarde en tant qu’employée depuis longtemps ; bien sûr, j’aime la façon dont tu trouves une approche envers tes subordonnés. Ils te respectent, mais ils te craignent. Et ils font également tout « à merveille » et attendent des éloges de ta part. J’aime vraiment cette stratégie et ces tactiques. Mon adjoint, démissionne dans trois semaines. Il déménage avec sa famille dans une autre ville. J’aimerais t’offrir sa place. Que dis-tu ? Orianne ne pouvait pas dire un mot à cause du choc, mais se contentait de sourire. – Je vois que tu ne parles pas. Et avant qu’il ne commence à te confier les choses, je voulais te suggérer de partir en vacances pendant quelques semaines. Bien entendu, les vacances seront payées. Tu te reposeras pendant quelques semaines, puis dans une semaine, tu t’occuperas de toutes les affaires. Ça te va ? “Bien sûr”, approuva Orianne. Mais elle avait envie de sauter de joie comme une petite fille ! Mais il était impossible de le montrer.

Et maintenant, elle rentrait chez elle. À cette occasion, elle a décidé de se promener dans le parc et d’admirer la nature. Dernièrement, elle a beaucoup travaillé et elle n’a pas pu marcher avec autant d’insouciance. Elle marchait et réfléchissait à l’endroit où ils iraient se reposer en été. Auparavant, ils voulaient aller en Grèce, mais maintenant, avec son nouveau poste et son salaire, ils pourront visiter les îles sur lesquelles ils ont tant lu avec leur fille. Il n’y avait personne à la maison. Le mari était au travail et sa fille Olivia n’était pas encore rentrée de l’école. Orianne a décidé de préparer quelque chose de spécial à cette occasion et s’est rendue au magasin. Elle a acheté beaucoup de cadeaux. Elle est rentrée chez elle heureuse. Déjà à l’entrée, elle a croisé un voisin. – Orianne, pourquoi n’es-tu pas au travail ? Tu as été virée ou quoi ? Orianne a décidé de ne pas parler de la promotion à son voisin.

Malgré cela, elle observait constamment leur famille avec envie, et il y avait des raisons d’être jalouse : une famille heureuse vivant dans son propre appartement, une belle voiture, une nounou pour leur fille, partant en vacances à l’étranger. C’est pourquoi Orianne a hoché la tête et a même essayé de ne pas faire une grimace triste. Et elle est rentrée chez elle. En entrant dans l’appartement, elle rit. Sa fille est venue, Orianne lui a servi le goûter et ils ont commencé à préparer le dîner. Victor rentrait du travail fatigué. Non, il n’a pas beaucoup travaillé, il devait juste faire quelque chose aujourd’hui au lieu de rester assis à lire les informations sur l’ordinateur. Il a travaillé comme administrateur système dans une petite entreprise. Il n’y avait pas beaucoup d’ordinateurs là-bas, et ils tombaient rarement en panne, et aujourd’hui, l’un d’eux est tombé en panne. Et il avait tellement envie de s’asseoir et de lire des critiques sur la nouvelle console de jeu ! Il réfléchissait déjà à la manière dont il allait annoncer à Orianne la nécessité de son sacrifice. Elle gagnait beaucoup d’argent.

Ils pouvaient se le permettre. Mais elle a insisté sur la nécessité de refaire un nouveau lit pour sa fille. Mais cela n’a servi à rien. Après avoir garé la voiture, il est sorti et est rentré chez lui. À l’entrée, il a croisé un voisin. “Le seul soutien de famille rentre chez lui”, dit-il sournoisement. Victor le regarda d’un air interrogateur, et il continua : – J’ai vu ta femme aujourd’hui. Elle a dit qu’elle avait été licenciée de son travail. Et tu ne le savais pas ? Victor entra et ne la laissa pas dire un mot. — Pourquoi ai-je appris la nouvelle de ton licenciement par un voisin ? Orianne voulait nier et dire la vérité, mais elle a décidé d’attendre. – Victor, tu m’as dit tant de fois de quitter le travail et de m’occuper de l’enfant, car Olivia voit plus la nounou que sa mère. Oui, Victor avait dit cela, mais il ne pensait pas qu’elle oserait le faire.

Victor sourit : – Oui, bien sûr, chérie, c’était juste dommage d’apprendre cela non pas de toi, mais du voisin, – et ils allèrent à la cuisine. Victor s’assit et pensa que la question sur la discussion devrait attendre. Orianne remarqua que l’homme était bouleversé, même s’il essayait de sourire. Mais si vous avez déjà commencé votre partie, vous devez continuer. Trois jours se sont écoulés. Orianne cuisinait dans la cuisine, nettoyait, faisait les devoirs avec sa fille et elles se promenaient dans le parc. Seul Victor devenait de plus en plus sombre chaque jour. Au dîner, il demanda : « Orianne, tu ne t’ennuies pas à la maison ? Au dîner, il demanda : « Orianne, tu ne t’ennuies pas à la maison ? Peut-être que tu voudrais chercher un emploi ? “Non, je ne veux pas”, dit Orianne. – Je gère tellement de choses maintenant ! Maintenant j’ai le temps de vivre, je ne suis pas pressée. Tu travailles pour nous. Le lendemain, Victor a envoyé à Orianne des liens sur Messenger.

En l’ouvrant, elle vit qu’il s’agissait d’offres d’emploi. “Que veut-il dire en m’envoyant ces choses ?”, pensa-t-elle, et en réponse, elle écrivit qu’elle enverrait certainement un curriculum vitae et demanderait à Victor d’acheter des produits selon la liste. Maintenant, elle comprenait qu’il était en colère. Tu peux désormais acheter les produits toi-même ! Il est rentré à la maison et a apporté un colis. “Orianne, si je fais des courses comme celle-ci tous les jours, je n’aurai plus d’argent pour l’essence”, dit Victor sans cacher sa colère. – Rien de mal. Tu iras en métro ou en bus. C’est ainsi que nous économisons. – Non, Orianne, tu iras travailler et nous gagnerons de l’argent. As-tu envoyé ton CV ? — Oui, je l’ai envoyé, mais j’ai eu des refus partout. “D’accord, je chercherai encore demain.” Le lendemain, Victor a appelé : « Orianne, vite ! Je t’ai trouvé un super travail, j’ai déjà pris rendez-vous pour un entretien, je viendrai te chercher dans une heure. Orianne n’a pas bougé d’un pas ; elle est devenue encore plus bouleversée.

Une heure plus tard, l’homme est arrivé et ils sont repartis. Victor est resté dans la voiture et Orianne est allée au bureau et a décidé de s’asseoir quelque part. Elle est sortie au bout d’une heure. – Alors ? demanda nerveusement Victor. – Rien, – répondit calmement Orianne. – Ils en ont emmené un autre là-bas, qui a les compétences essentielles. Victor conduisait la voiture et pouvait à peine contenir sa colère. En arrivant à la maison et en fermant la porte, il a commencé à crier qu’il en avait marre de traîner toute la famille sur lui, qu’ils étaient assis sur son cou, qu’elle pourrait trouver un travail en une semaine. Orianne lui apporta une valise et lui dit : – Vas-y. Victor resta surpris. – Mais qui aura besoin de toi ? Au chômage, mais aussi avec un enfant ! Et je ne vous donnerai plus d’argent ! – Allez, nous n’avons pas besoin de ton argent.

Ma fille et moi irons bien sans ton argent. Comme nous vivions avant. Et j’ai hérité de l’appartement de mes parents. Alors voici tes petites choses. Victor essaya de crier autre chose, mais ce fut en vain. Il est parti et a imaginé comment, au bout d’une journée, sa femme l’appellerait et le supplierait de revenir. Mais cela ne s’est pas produit. Le lendemain, Orianne a demandé le divorce et, un mois plus tard, elle a accidentellement rencontré son ex-mari dans son bureau. Il est venu à l’entretien et a été surpris de voir sa femme dans le bureau du directeur adjoint de l’entreprise. – Alors tu as été virée ! – Comme tu peux le voir – non. Je plaisantais, – répondit Orianne en riant. — Et le poste vacant pour lequel tu es venu est occupé par quelqu’un d’autre. – Tu es sérieuse ? – Oui. Ensuite, elle lui montra du doigt la porte.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes