Ma voisine a eu 90 ans aujourd’hui et j’ai décidé d’aller la féliciter. Mais lorsque je suis entrée chez elle, je ne pus retenir mes larmes.

Ma voisine a eu 90 ans aujourd’hui et j’ai décidé d’aller la féliciter. Mais quand je suis entrée chez elle, je n’ai pas pu retenir mes larmes… L’autre jour, ma voisine a eu 90 ans. Ce n’est pas que j’étais trop proche d’elle, mais on ne peut pas nous appeler des étrangères. Parfois je m’arrêtais pour lui parler. C’était une vieille femme agréable et intéressante.

Nous avons eu une conversation au début du mois, quand j’ai appris que Marie fêterait son anniversaire le week-end prochain. Bien sûr, je n’ai reçu aucune invitation à son anniversaire, car les gens de cet âge n’organisent généralement pas de célébrations pour eux-mêmes, mais même alors, j’ai compris que je viendrais avec un gâteau et féliciterais ma voisine.

La dame vivait seule, son mari n’est plus là et les enfants sont partis dans différentes villes. J’ai décidé de ne pas venir trop tôt pour que ma voisine puisse faire la fête avec ses enfants, ils se voient rarement. Par conséquent, quand je suis arrivée chez Marie, ma surprise n’avait pas de limites.

La maison était soigneusement nettoyée, une odeur de nourriture fraîche flottait et la dame était assise tranquillement sur une chaise et regardait la télévision. “Probablement, tout le monde est déjà parti. “, ai-je pensé, n’y croyant pas moi-même. Parce que j’aurais remarqué les voitures. Quand ma voisine m’a remarqué, elle s’est illuminée d’un sourire, on remarquait à quel point elle était heureuse que quelqu’un vienne la féliciter, on pouvait voir la lumière les larmes aux yeux; alors j’étais déjà sûre que j’étais la première à venir la voir aujourd’hui.

J’étais tellement désolée pour la vieille femme que j’ai décidé de rester, la table dans sa maison montrait qu’elle attendait beaucoup plus d’invités. Nous nous sommes assises, ma voisine m’a fait goûter ses plats délicieux et j’ai découvert plus tard qu’aucun des enfants ou petits-enfants ne l’appelait même pour la féliciter.

Je ne savais même pas quoi dire, je me sentais tellement désolée pour elle, et il était évident pour elle qu’elle retenait à peine ses larmes. J’ai fait de mon mieux pour calmer la vieille femme, mais il était évident que son âme souffrait. Cette nuit-là, je n’ai pas pu dormir pendant longtemps. Je ne comprenais pas pourquoi il était possible d’être si occupé pour ne pas féliciter ma mère ou ma grand-mère.

N’oubliez pas vos parents, appelez plus souvent, rendez-leur visite, ils sont toujours dans votre attente !

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes