Hélène était l’épouse d’un inconnu pour une heure. L’inconnu lui a demandé un rendez-vous. Hélène ne savait pas à quoi s’attendre, mais elle y est quand même allée.

Une voix masculine confiante s’adressa à Hélène : – Pourrais-tu être ma femme pour une heure ? J’ai besoin de ta faveur, es-tu libre demain ? Hélène répondit : – La seconde moitié de la journée est certes libre, mais en regardant ce qui doit être fait. La voix de l’homme semblait agitée. – Tout est très bien, rien de tout ça, n’y pense pas. Il suffit de venir avec moi chez ma mère, j’ai promis il y a longtemps de lui présenter mon élue.

Quel âge as-tu ? Au fait, je peux voir ta photo ? Hélène a souri :  – J’ai trente ans, je suis bien pour mon âge. Plus précisément, c’est ce qu’ils me disent… – Tu es d’accord ? – a demandé à l’homme. Hélène a accepté et a fourni les détails nécessaires.

Ce jour-là, le taxi est arrivé à l’heure, s’est arrêté à l’entrée d’en face et un beau brun d’âge moyen nommé Alexandre en manteau noir a ouvert la porte du taxi et a tendu la main à Hélène. Ils sont allés rendre visite à sa mère dans une pension. Dans la pièce spacieuse, Alexandre a dit : – Rien n’est nécessaire, confirme simplement ce que je dis, présente-toi comme mon épouse et c’est tout. Hélène ne savait pas quoi dire.

Le professeur a ajusté la couverture pour la mère d’Alexandre, qui était à moitié allongée sur le lit. L’homme lui tendit les mains, et elle ouvrit de grands yeux gris et fut surprise. “C’est Alex, maman”, dit Alexandre avec un sourire maladroit. La femme tira longuement sur le coin de la couverture, puis s’arrêta.

Elle recommença à tirer sur le coin de la couverture et demanda : – Alain ? – Alex ! Maman ! Je m’appelle Alexandre, – répondit Alexandre. La femme sourit joyeusement et dit : – Tu me manquais, mon fils ! Après cela, Alexandre a remis à Hélène une enveloppe contenant de l’argent, s’excusant du fait que son frère ne l’avait pas informé de l’état de sa mère.

Hélène est partie, mais est revenue plus tard avec des mandarines pour la mère d’Alexandre, qui ne pouvait manger que de la purée. Hélène pressa le jus d’une mandarine dans une cuillère et le tint au-dessus d’un gobelet jetable. Des gouttes d’orange tombèrent lourdement dans la cuillère à café. La mère d’Alexandre mangea un peu et dit : – Je ne voulais pas que mon fils me voie comme ça. Mais il m’a fait une visite surprise. Tu es intelligente, prends soin de vous. J’espère que vous et mon fils allez bien.

Beaucoup de gens partagent leurs histoires avec nous pour savoir ce que les autres en pensent. Si vous avez une opinion ou une suggestion concernant cette histoire, veuillez l'écrire dans les commentaires Facebook.

Articles Connexes