À 60 ans, elle parcourt 14 000 km pour épouser un membre d’une tribu Massaï âgé de 30 ans

À 60 ans, une Américaine a parcouru plus de 14 000 kilomètres pour épouser un membre d’une tribu Massaï de 30 ans son cadet.

Cette romance a commencé en 2017 sur une plage de Zanzibar, en Tanzanie (Afrique de l’Est). À l’époque, Deborah, une Américaine de 60 ans, et sa fille, se promenaient sur le sable chaud lorsqu’elles ont rencontré deux membres d’une tribu Massaï, dont Saitoty, un vendeur ambulant âgé de 30 ans.

Elle parcourt 14 000 km pour être heureuse

Après avoir refusé d’acheter un souvenir, la sexagénaire a tout de même accepté de prendre une photo avec les marchands. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Deborah et Saitoty se sont bien entendus puisqu’ils ont noué une belle amitié.

Crédit Photo : SWNS

De retour aux États-Unis, celle qui travaillait comme policière a gardé contact avec le jeune homme. Et quelle ne fut pas sa surprise quand ce dernier lui a demandé de l’épouser. Une discussion avec ses enfants a encouragé la Californienne à accepter, malgré ses inquiétudes concernant la différence d’âge.

La retraitée est retournée en Tanzanie en décembre de la même année pour retrouver son futur époux. Ils se sont dit oui en juin 2018 lors d’une cérémonie traditionnelle. Depuis, Deborah porte le nom massaï Nashipai et vit avec son époux et sa famille en Tanzanie.

«Je ne m’attendais à épouser quelqu’un de beaucoup plus jeune que moi, mais c’est l’homme le plus gentil et le plus attentionné», a-t-elle indiqué au site LADbible.

Avant d’ajouter : «Quand il m’a demandé de l’épouser, j’ai pensé qu’il était fou. Mais mes enfants et ma famille m’ont dit que je ne devais pas me soucier de la différence d’âge car j’avais été seule assez longtemps et que je méritais d’être heureuse».

Crédit Photo : SWNS

Une union qui dérange

 

Sans surprise, cette histoire d’amour a reçu un flot de critiques, et certains membres de l’entourage de Deborah ont désapprouvé son mariage : «Saitoty a été accusé de n’être qu’avec moi que pour décrocher une carte verte, alors qu’il ne souhaite pas vivre aux États-Unis». Évidemment, la différence d’âge entre les deux époux ne passe pas : «Les gens me demandent si je l’ai adopté ou si je suis sa grand-mère», a révélé Deborah.

Crédit Photo : SWNS

Face à ce torrent de réflexions, le couple a fait le choix de se concentrer sur son bonheur : «La première fois que je l’ai vue, j’ai eu l’impression d’avoir vu un ange. Nous avons ri, pris une photo et elle a fait fondre mon coeur. Elle est belle et gentille, et elle me soutient », a confié Saitoty à propos de sa femme.

Articles Connexes