En direct : Moscou instaure la loi martiale dans les territoires annexés, explosions à Kiev

Le président russe, Vladimir Poutine, a ordonné l’instauration de la loi martiale dans les quatre territoires ukrainiens de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia annexés en septembre par Moscou. Par ailleurs, plusieurs explosions ont été entendues dans le centre de Kiev. Suivez les derniers développements de la guerre en Ukraine.

  • 14 h 09 : la défense anti-aérienne a abattu des missiles russes au-dessus de Kiev

Les batteries de défense anti-aérienne ukrainiennes ont abattu “plusieurs missiles russes” au-dessus de Kiev, a déclaré le maire de la capitale, Vitaly Klitschko.

Plusieurs explosions avaient été entendues en début d’après-midi dans la capitale ukrainienne par des reporters de l’AFP, peu après le déclenchement des sirènes anti-aériennes.

“L’alerte anti-aérienne n’est pas finie. Restez aux abris. La défense anti-aérienne est toujours en action”, a précisé Vitaly Klitschko sur Telegram.

  • 14 h 04 : Poutine instaure la loi martiale dans les territoires annexés

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné l’instauration de la loi martiale, à partir de jeudi minuit, dans les quatre territoires ukrainiens de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia annexés en septembre par Moscou.

  • 14 h 00 : l’UE a des “preuves” que les drones contre l’Ukraine ont été fournis par l’Iran, et va sanctionner Téhéran

L’UE a rassemblé des “preuves” démontrant que les drones utilisés par la Russie contre l’Ukraine ont été fournis par l’Iran et prépare des sanctions contre Téhéran, a annoncé une porte-parole.

“Maintenant que nous avons réuni suffisamment de preuves, nous travaillons sur une réponse européenne claire, rapide et ferme”, a déclaré Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Une liste de sanctions a été soumise aux États membres et une décision est attendue “dans le courant de la semaine”, a-t-on précisé de source diplomatique.

L’armée de l’air ukrainienne a affirmé, mercredi, avoir détruit 223 drones iraniens depuis mi-septembre.

Contraint lundi de se réfugier dans un abri à cause des bombardements avec des drones contre Kiev, le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a demandé à ses homologue de l’UE de sanctionner l’Iran.

  • 13 h 31 : des explosions entendues dans le centre de Kiev

Plusieurs explosions ont été entendues dans le centre de Kiev, peu après le déclenchement de la sirène anti-aérienne, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Depuis lundi, Kiev a été attaquée à plusieurs reprises par des drones kamikazes russes, qui ont fait plusieurs morts et visé notamment des infrastructures énergétiques.

  • 12 h 37 : l’Ukraine accuse la Russie d'”essayer de faire peur” aux habitants de Kherson

Kiev accuse la Russie d'”essayer de faire peur” aux habitants de Kherson en organisant l’évacuation de la ville.

“Les Russes essaient de faire peur aux habitants de Kherson avec de fausses newsletters sur le bombardement de la ville par notre armée”, a dénoncé sur Telegram le chef de cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak, estimant que ce “spectacle de propagande […] ne fonctionnera pas”.

  • 11 h 44 : plus de 220 drones iraniens détruits depuis mi-septembre, selon l’armée ukrainienne

L’armée de l’air ukrainienne a affirmé avoir détruit 223 drones iraniens depuis mi-septembre, alors que Téhéran a nié à plusieurs reprises ces derniers jours fournir des armes et des drones à la Russie pour son invasion de l’Ukraine.

“Depuis le premier abattage d’un drone kamikaze Shahed 136 de fabrication iranienne sur le territoire ukrainien le 13 septembre à Koupiansk, la défense aérienne de l’armée de l’air et d’autres composantes des Forces de défense ont détruit 223 drones de ce type”, a-t-elle indiqué sur Telegram.

#Tech24
#Tech24 © France 24
  • 11 h 31 : “environ 50” employés de la centrale de Zaporijjia “prisonniers” des Russes

“Environ cinquante” employés de la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée militairement par les troupes de Moscou depuis mars, sont “toujours prisonniers” des Russes, a affirmé le patron de l’opérateur ukrainien, Energoatom, à l’AFP.

Depuis le début de l’invasion russe fin février, “plus de 150 employés de la centrale ont été capturés”, dont “certains ont ensuite été relâchés, mais il y a ceux dont on ignore toujours le sort”, a indiqué Petro Kotine à l’AFP.

  • 10 h 31 : les évacuations de civils à Kherson ont commencé

Les autorités d’occupation russes dans la région de Kherson ont indiqué que les évacuations de civils avaient commencé sur place, face à l’avancée des troupes ukrainiennes.

“Le transfert organisé des habitants vers l’autre rive du Dniepr a commencé à Kherson”, a indiqué sur Telegram l’administration d’occupation de la ville d’Olechky, à l’est de Kherson. La chaîne russe Rossiya 24 a, par ailleurs, diffusé un reportage montrant des personnes évacuées prenant place à bord de ferrys pour traverser le fleuve.

  • 9 h 42 : l’ambassadeur d’Ukraine au Kazakhstan relevé de ses fonctions

L’ambassadeur d’Ukraine au Kazakhstan, Petro Vroublevskiï, qui, fin août, avait déclaré nécessaire pour les Ukrainiens de “tuer le plus de Russes possible”, a été démis de ses fonctions, selon un décret publié sur le site de l’administration présidentielle.

Le texte publié mardi soir ne précise pas pourquoi l’ambassadeur, qui s’est depuis excusé pour ses propos, a été relevé de ses fonctions.

  • 9 h 19 : la Russie veut évacuer 50 000 personnes de Kherson

Les autorités d’occupation russe dans la région de Kherson prévoient d’évacuer plus de 50 000 personnes face à la contre-offensive ukrainienne, la Russie ayant indiqué qu’elle allait assurer “une évacuation sécurisée”.

“Il est prévu d’évacuer de 50 000 à 60 000 personnes vers la rive gauche du Dniepr”, le fleuve qui borde la ville de Kherson, a indiqué le chef de l’administration d’occupation locale, Vladimir Saldo.

Cette évacuation, à raison de 10 000 personnes par jour, devrait prendre six jours, a-t-il ajouté, sur la chaîne Telegram pro-Kremlin “Soloviov Live” et cité par les agences de presse russes.

  • 8 h 55 : un village du Donbass profondément divisé après l’occupation russe

Le village de Sviatohirsk, situé au cœur du Donbass, a été occupé pendant près de 100 jours par les forces russes. Ses habitants confient que certains locaux avaient accueilli favorablement l’arrivée des troupes russes, cette communauté entretenant des liens culturels forts avec la Russie. Les loyautés diffèrent sur place entre Moscou et Kiev, à l’instar du maire qui considère désormais le voisin russe comme “un agresseur”.

Focus
Focus © France 24
  • 6 h 22 : le chef de l’AIEA “bientôt” de retour en Ukraine pour poursuivre les négociations

Rafael Grossi, le directeur général de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) prévoit de retourner “bientôt” sur le sol ukrainien dans le cadre des négociations visant à établir une zone protégée autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par les troupes russes.

“Cela implique que je reçoive des réponses et des réactions de la part des deux parties, je cherche de nouveaux moyens d’avancer et pour cela, il sera nécessaire que je retourne (sur place), probablement très bientôt”, a-t-il précisé à Reuters lors d’un déplacement en Argentine.

  • 1 h 53 : Moscou aura besoin d’au moins deux ans pour rebâtir son armée, selon le ministre estonien de la Défense

La Russie aura probablement besoin de deux à quatre années pour rebâtir ses forces armées au niveau d’avant la guerre qu’elle mène en Ukraine, a estimé, mardi, le ministre estonien de la Défense, plaidant pour une pression continue sur Moscou.

Lors d’un déplacement à Washington, Hanno Pevkur a prédit un long conflit et a exhorté l’Occident à se tenir aux côtés des Ukrainiens jusqu’à ce qu’ils parviennent à la victoire pour “le monde libre”.

Avec AFP et Reuters

© France 24

Articles Connexes