Hélène Ségara – Incroyable Talent : “A 20 ans, j’étais dix fois plus vieille qu’aujourd’hui !” (Exclu)

Alors que la nouvelle saison de “La France a un Incroyable Talent” est diffusée dès ce mardi 18 octobre à 21h10 sur M6, Hélène Ségara a accepté de nous faire des confidences sur le retour du programme, son rapport à l’âge, ses projets dans la comédie mais aussi The Voice, Notre-Dame-de-Paris… Interview exclusive.

Hélène Ségara - Incroyable Talent : "A 20 ans, j'étais dix fois plus vieille qu'aujourd'hui !" (Exclu)
© Gorassini Giancarlo/ABACA

Attachez vos ceintures, la nouvelle saison de La France a un Incroyable Talent débarque sur vos écrans, ce mardi 18 octobre à 21h10 sur M6 ! Pour cette 17e année, les jurés Eric Antoine, Marianne James, Sugar Sammy et Hélène Ségara seront de retour. Cette dernière nous promet d’ailleurs un tourbillon d’émotions pour cette nouvelle saison. La chanteuse de 51 ans s’est confiée au Journal des Femmes sur cette nouvelle aventure, ses rêves, ses projets de fiction et d’écriture, son rapport à l’âge… et nous a dévoilé quel était son incroyable talent ! Entretien.

Le Journal des Femmes : Vous avez déjà assisté aux auditions. Que peut-on attendre de cette nouvelle saison de la France a un Incroyable Talent ?
Hélène Ségara : Un peu comme chaque année, les téléspectateurs verront certains numéros en se disant : “mais pourquoi ?” (rires). Mais il faut que le public comprenne que l’on a besoin de contraste. Il en faut pour tous les goûts et l’on a parfois besoin de moments absurdes pour décompresser, prendre une respiration après certains numéros qui nous ont particulièrement touchés.

Après 7 saisons en tant que jurée, l’émission vous fait-elle toujours autant vibrer ?
Ô oui ! Je ne serais pas là sinon, car je ne sais pas du tout faire semblant. J’essaie simplement de prendre ça comme un cadeau. Je suis émerveillée comme une enfant, chaque année, je m’amuse… C’est beaucoup d’heures de tournage ! Je pars de chez moi le matin vers 9h du matin et lorsque je rentre, il est tard et il fait nuit ! Mais toutes ces émotions font que l’on n’accuse pas la fatigue.

S’il fallait ne choisir qu’un talent, qui gardez-vous particulièrement en mémoire ?
C’est une question difficile (rires). Mais je pense que j’opterais pour mon golden buzzer, ce serait Rayane (un jeune pianiste de 15 ans qui apparaîtra dans la saison 17, ndlr) ! En dehors de tout ce qu’il a mis dans son numéro, il y a quelque chose de beau, de lumineux, d’authentique, un talent qui ne demande qu’à être “canalisé” et guidé.

“On me reproche d’être trop gentille”

On vous sent dans l’empathie. Ressentez-vous de manière particulière la déception de ces talents qui ne vont pas au bout de l’aventure ? 
Oui, je suis une éponge ! Certains me l’ont reproché sur les réseaux sociaux en me disant que je fais trop gentille. Même si un candidat n’est pas bon, même s’il a raté son audition, si je sais qu’il a travaillé des semaines pour nous présenter son numéro… Je ne peux pas le saccager ! C’est une souffrance pour moi ! Durant les auditions, un homme est venu nous faire un numéro… et nous avons tous ri ! Il a entendu que l’on riait, mais à aucun moment nous n’aurions pu être méchants avec lui. Vous penserez à moi quand vous le verrez (rires).

A part la chanson, quel serait votre incroyable talent ?
Certains vous diraient que c’est ma cuisine (rires) ! Mais je pense qu’il y a de bien meilleurs cuisiniers que moi et puis je ne fais que reproduire la cuisine que ma grand-mère m’a apprise ! Je pense que mon “talent” serait de faire en sorte que les gens se sentent bien. En tout cas, j’ai à cœur de faire sourire, d’aider les autres.

Vous avez failli être coach pour The Voice lors de la saison 1. Si l’opportunité se présentait à nouveau, accepteriez-vous ce rôle ? 
J’ai pris l’habitude de juger plein de talents différents, dans la magie, la danse… Il y a une diversité qui est très agréable, qui nous permet de brasser davantage d’émotions différentes. The Voice est une très belle émission mais pour l’instant je n’y ai pas ma place. J’ai mes repères avec Incroyable Talent, on est une famille. J’ai vécu ça sur Notre-Dame-de-Paris, il y avait cette magie aussi…

La comédie musicale Notre-Dame-de-Paris fêtera ses 25 ans l’année prochaine. Seriez-vous partante à l’idée de vous produire à nouveau sur scène avec la troupe originale?
Aujourd’hui, c’est Hiba Tawaji qui a repris mon rôle d’Esmeralda et c’est une chanteuse que j’aime beaucoup. Je me vois mal lui dire : “merci, au revoir, rends-moi ma robe” (rires). Mais si l’on faisait un évènement en particulier autour de la troupe originale, oui, je serais partante. Même si l’on mélangeait les artistes de l’ancienne et de la nouvelle version, ce serait formidable. Mais je ne sais pas si les gens aimeraient me revoir dans ce rôle… Et n’oublions pas que dans l’œuvre de Victor Hugo, les personnages sont assez jeunes (rires).

“Pour les radios, je suis un produit qui a été consommé il y a longtemps”

Vous sentez-vous victime du jeunisme de l’industrie de la musique ?
Dans mon métier, quand on est chanteuse depuis les années fin 90-2000, le premier challenge, c’est de durer ! Je suis une des rares de ma génération qui est encore là. Malgré tout, aujourd’hui, quand je sors un album, il n’y a pas de radio qui me soutienne parce que, pour eux, je suis un produit qui a déjà été consommé depuis longtemps. Nous sommes entrés dans l’industrie du jetable…

Quel est votre rapport à l’âge ?
Même si c’est souvent perçu comme un poncif, je pense réellement que l’âge est dans la tête. Lorsque j’avais 20 ans, j’avais tellement envie d’être responsable que j’étais dix fois plus vieille qu’aujourd’hui dans ma tête !

Vous avez accompli beaucoup tout au long de votre carrière. Y-a-t-il une nouvelle aventure qui vous plairait ?
J’ai encore plein de rêves ! On m’a proposé de la fiction mais soit les projets ne m’intéressaient pas soit ils n’étaient pas possibles. Mais pourquoi pas me challenger un jour dans une comédie ou un drame, ou alors dans l’écriture. J’ai commencé à écrire des contes pour enfants ainsi qu’un livre sur la force mentale, parce que j’intervenais dans les conférences et j’avais envie de partager tout cela ! J’aimerais aller au bout de tous mes projets si j’en ai le temps et la santé.

Malgré vos problèmes de santé, vous êtes parvenue à aller au bout de vos récents projets…
Oui, j’ai réussi à faire beaucoup de concerts et à maintenir le tournage des émissions… et croyez-moi ce n’était pas gagné ! Quand je fais les choses, j’aime les faire à 100%. Quand j’ai fait ma tournée Karma, c’était un vrai investissement, par exemple. Je fais tout mon possible pour tenir mes engagements !

Interview exclusive ne pouvant être reprise sans la mention du Journal des Femmes.

Articles Connexes