Patrick Chesnais, qui a perdu son fils de 20 ans, « va encore au cimetière tous les dimanches » après 16 ans

Il y a 16 ans, Patrick Chesnais perdait tragiquement son fils. De nombreuses années sont passées et l’acteur se rend encore tous les dimanches au cimetière pour passer du temps avec son fils.

Patrick Chesnais est un papa très présent, surtout depuis qu’il a perdu l’un de ses enfants. Professionnellement parlant, l’acteur est très pris avec de nombreuses collaborations, mais cela ne l’empêche pas pour autant de consacrer du temps à sa famille. Revenons sur les personnes qui comptent le plus dans sa vie !

UNE CARRIÈRE BIEN RÉUSSIE

Avant de s’intéresser à sa vie de famille, nous souhaitons mentionner quelques faits intéressants sur la vie professionnelle de cet homme qui a vu le jour le 18 mars 1947. Fils d’un dessinateur industriel et d’une maman au foyer, Patrick passe sa jeunesse à Rouen et se passionne assez rapidement pour la comédie.

Alors qu’il était encore enfant, Patrick Chesnais improvisait déjà des scènes dans sa chambre et montait des spectacles pour sa famille. Lorsqu’il a 17 ans, il fait savoir à ses parents qu’il souhaite devenir comédien. Il rejoint alors le Conservatoire de Rouen, et rejoint ensuite la classe de René Simon à Paris.

Patrick Chesnais fait ses débuts sur les planches pendant une dizaine d’années, et c’est en 1976 qu’il fait ses débuts au cinéma dans « Les naufragés de l’île de la tortue », de Jacques Rozier. Dans les années 80, il enchaîne des rôles atypiques, et on le retrouve notamment dans « Premier voyage », « La provinciale », « L’empreinte des géants », « Les cigognes n’en font qu’à leur tête », « Les sacrifiés », et bien plus.

En 2000, Patrick Chesnais passe derrière la caméra et réalise son premier long-métrage, « Charmant garçon ». Ce chef-d’œuvre lui a d’ailleurs permis de remporter le prix du meilleur réalisateur au Festival de Saint-Jean-de-Luz. Il poursuit avec la réalisation du téléfilm « Bien agités » et du court-métrage « Face ou pile », tous les deux en 2004.

LA PERTE DE SON FILS FERDINAND

Patrick Chesnais a vu sa vie basculer il y a seize ans à la suite de la mort de son fils de 20 ans, Ferdinand. Malgré les années, l’acteur reste inconsolable et lui a d’ailleurs consacré le livre « La vie est belle, je me tue à vous le dire ! », paru en janvier 2020.

Le terrible drame est survenu le 13 octobre 2006. Ferdinand, qui était comédien comme son père, sortait d’une représentation de « Soleil Noir ». Il s’agit d’une pièce qu’il jouait tous les soirs. Après le spectacle, il rejoint des amis pour décompresser. La soirée était arrosée, et c’est avec un ami qu’il décide de rentrer. Ferdinand est sur le siège passager, et son ami est au volant. Aux environs de 3h19, le chauffeur percute une voiture de plein fouet.

Le conducteur, Hervé Richardot, s’en est sorti avec des séquelles. Il avait 1,68 gramme d’alcool dans le sang et a écopé de trois ans de prison ferme et d’une amende de 50 000 euros de dommages et intérêts. Ferdinand quant à lui est malheureusement décédé.

LES TRISTES SOUVENIRS DE PATRICK CHESNAIS

Le 13 janvier 2022, on a retrouvé Patrick Chesnais dans l’une des récentes séries de TF1, « Mon Ange ». L’acteur interprète le rôle d’un commissaire de police et père d’une policière. Et il faut dire qu’il tient ce rôle à la perfection, lui qui n’est plus que papa de deux enfants après avoir perdu son fils Ferdinand.

L’acteur garde de très mauvais souvenirs du départ de son fils. Dans son livre, il s’est laissé aller à quelques confidences :

« Je voyais, lui, allongé pour toujours dans cette boîte, juste devant moi, porté par des costauds des pompes funèbres, calme, éteint, définitivement mort ».

Patrick Chesnais s’en veut pour cette perte tragique, et dit de lui dans son livre qu’il est un mauvais père. « Je n’ai pas été un bon père. Un bon père, ça empêche son fils de mourir à vingt ans », peut-on lire dans son livre. Toujours dans son livre, ce papa désemparé confie qu’il aurait préféré être dans cette « boîte » à la place de son fils.

Dans les colonnes du magazine Ici Paris, l’acteur a également fait de nouvelles confidences, expliquant comment il trouve la force d’avancer malgré ce vide laissé par Ferdinand. En fait, Patrick a quelques rites :

« Je vais tous les dimanches au cimetière. À Noël je mets un petit sapin que je décore, à Pâques, j’apporte des œufs, au 1er mai du muguet et quand il y a une finale de foot, des drapeaux bleu-blanc-rouge ».

PATRICK CHESNAIS INQUIET POUR SES DEUX AUTRES ENFANTS

Depuis la mort de son fils, Patrick Chesnais garde un œil sur ses deux autres enfants : Émilie (38 ans) et Victor (19 ans). L’acteur a surtout été très inquiet lorsque sa fille lui avait annoncé qu’elle souhaitait devenir actrice. « C’est un métier de gladiateur », mais il a rapidement été convaincu en voyant la passion qu’elle nourrit pour ce métier.

Victor, quant à lui, est un jeune passionné par la danse. Toutefois, son père regrette de ne pas passer suffisamment de temps avec lui. « Il a sa vie », ce qui est tout à fait normal pour un jeune de son âge, mais Patrick Chesnais préfère ne pas rester très loin de ses deux enfants.

PATRICK SÉBASTIEN : IL PERD SON FILS EN ATTENDANT SA PETITE-FILLE

Patrick Sébastien, qui est à la tête d’une grande famille, a vécu un drame qu’il n’oubliera sans doute jamais. Alors que le chanteur attendait impatiemment la naissance de sa petite-fille, il a dû faire face à la perte de son fils.

Articles Connexes