Jarry, gay et père de famille : “Je ne vais jamais être papa”, comment son homosexualité l’a fait paniquer

Alors que Frédéric Lopez invitait Jarry, Clara Luciani et Tatiana de Rosnay à se mettre au vert le temps d’une nouvelle édition de l’émission “Un dimanche à la campagne”, l’humoriste s’est laissé aller à de bouleversantes confidences sur son homosexualité et son désir d’être père

Jarry, gay et père de famille : "Je ne vais jamais être papa", comment son homosexualité l'a fait paniquer
© Berzane Nasser/ABACA

Jarry, Clara Luciani et Tatiana de Rosnay étaient les invités de la nouvelle émission de Frédéric Lopez Un dimanche à la campagne. L’occasion pour chacun de se dévoiler à travers quelques confidences entre rires et larmes. Anthony Lambert, plus connu sous le nom de Jarry, s’est confié à Frédéric Lopez sur ses difficultés à admettre son homosexualité ainsi que sur le long chemin qu’il a dû emprunter et les difficultés traversées pour devenir père.

Pourquoi Jarry a eu beaucoup de difficultés à accepter son homosexualité ?

Jarry est revenu sur le jeune homme qu’il était à 20 ans, s’il ne se pose alors pas de questions sur sa sexualité et sort avec des femmes, il se rend compte qu’il ne ressent pas tout à fait la même chose que ses amis et ne se sent pas à la hauteur. Beaucoup de gens me disent à chaque fois qu’ils me rencontrent, mais toi t’es gay !” se souvient-il. “Jusqu’au jour où je rencontre un garçon et que j’ai ma première expérience. Cela a été quelque chose d’extrêmement violent pour moi (…) Parce que je n’avais pas envie d’être homosexuelDéjà j’étais efféminé, sensiblej’avais déjà beaucoup de choses qui faisaient que j’étais différent“, explique-t-il à Clara Luciani, Tatiana de Rosnay et Frédéric Lopez.

Je découvre cette homosexualité et la première chose qui arrive dans ma tête c’est ‘Je ne pourrai jamais être papa’“, confesse celui qui s’était préparé toute sa vie à être père. Une douloureuse découverte pour l’humoriste : “Il m’a vraiment fallu beaucoup de temps pour l’accepter, je me suis beaucoup détesté, je n’ai pas aimé ça.

Jarry, son drôle de coming-out à sa mère

Avec beaucoup d’émotion, Jarry raconte comment il a annoncé son homosexualité à son père avant son décès et la promesse qui lui avait alors faite d’attendre quelques années avant d’en parler au reste de la famille. “Un jour ma mère regardait un de ses feuilletons et je suis allé la voir. Je lui ai dit ‘maman j’ai quelque chose à te dire’. J’ai commencé à pleurer et je lui ai dit ‘j’aime les hommes’. Et là ma mère a eu cette réaction tellement géniale, elle m’a dit ‘oui toute façon je le savais mais là je termine mon épisode.

Jarry, ce combat qu’il a dû mener pour devenir papa

Jarry ne s’en cache pas, il est né pour être papa et son désir de paternité semble vissé en lui depuis toujours. “Quand j’ai découvert cette homosexualité, j’ai dû enterrer cette paternité. Mais j’ai dû l’enterrer de manière extrêmement violente. C’était une telle injustice…“, explique-t-il aux invités d’Un dimanche à la campagne avant de revenir sur toutes les épreuves qu’il a du franchir pour avoir ses jumeaux par un autre biais, celui du coup de pouce de la science.

J’avais 37-38 ans, je me suis dit ‘J’ai aussi envie d’avoir un enfant, mais j’ai envie de vivre des choses avec lui. Je ne peux pas prendre le risque d’être papa à 49-50 ans’. C’est pour ça que je me suis tourné vers la GPA (Gestation pour Autrui). Jusqu’au jour où j’ai reçu cet appel et qu’on m’a dit ‘Vous allez être papa’. Et quelques mois après, j’ai appris que j’allais avoir des jumeaux !” se souvient Jarry avec émotion.

Pour rappel, Jarry est le papa de deux enfants nés en 2016 par GPA aux Etats-Unis. Des enfants qu’il s’amuse à appeler Vic et Tim dans ses vidéos sur les réseaux sociaux.

Jarry en couple : mystère sur son compagnon

L’artiste ne lève pas le voile sur son chéri mais a déjà eu l’occasion d’en parler. “Je crois qu’il m’a appris que quelqu’un pouvait avoir envie de vivre avec moi au quotidien (…) Quand je l’ai rencontré, c’était évident. Et encore aujourd’hui, je me dis qu’il arrive à vivre avec moi, c’est forcément quelqu’un de formidable. Parce que je ne suis tellement pas simple“, avait-il confié sur C8.

Articles Connexes