Mort de Mehran Karimi Nasseri (Le Terminal) après 18 ans à Roissy : qui était-il, son parcours, cause de son décès…

Mehran Karimi Nasseri, qui avait inspiré le réalisateur Steven Spielberg pour son film “Le Terminal” (sorti en 2004), a passé dix-huit ans à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Il est mort samedi 12 novembre au terminal 2F, à l’âge de 77 ans.

Mort de Mehran Karimi Nasseri (Le Terminal) après 18 ans à Roissy : qui était-il, son parcours, cause de son décès...
© MICHEL EULER/AP/SIPA (publiée le 14/11/2022)

 Mehran Karimi Nasseri est mort le samedi 12 novembre 2022, peu avant midi, au terminal 2F de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Mehran Karimi Nasseri, qui a vécu plus de dix-huit ans dans ce lieu de transit et dont l’histoire avait inspiré le réalisateur Steven Spielberg pour son film Le Terminal, est décédé de mort naturelle, selon une source aéroportuaire à l’Agence France-Presse.

Qui était Mehran Karimi Nasseri ?

Né en 1945 à Masjed Soleiman, dans la province iranienne du Khouzistan, ce réfugié politique iranien s’était installé à Roissy, au nord de Paris, en novembre 1988. Il vivait sur une banquette du Terminal 1, à l’étage des commerces. Connu sous le nom de “Sir Alfred”, il vivait sous l’œil tolérant et bienveillant du personnel de l’aéroport. Entouré de ses cartons et valises, il recevait régulièrement la visite de journalistes impatients d’écouter son histoire. La fréquence de leurs venues avait sensiblement augmenté quand, au début des années 2000, le réalisateur américain Steven Spielberg avait racheté son histoire pour plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Son film, Le Terminal, est sorti en 2004 (219 millions de dollars de recettes au box-office) et l’acteur Tom Hanks y jouait le rôle de Viktor Navorski, touriste d’une petite République d’Europe centrale qui subit un coup d’État à quelques heures de son départ. Viktor, soudainement sans papiers valables, n’avait alors plus d’autre horizon que celui des fenêtres de l’aéroport de Roissy.

Pourquoi Mehran Karimi Nasseri a passé 18 ans à l’aéroport ?

Avant d’échouer à Roissy-Charles-de-Gaulle, Mehran Karimi Nasseri avait eu le malheur de participer à une manifestation contre le chah dans les années 70 au Royaume-Uni, où il était étudiant. De retour dans son pays, il avait été jeté en prison avant d’être expulsé. Il avait ensuite réalisé un long périple, à la recherche de sa mère, qui l’avait mené en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Pays-Bas ou encore en Belgique. Il avait chaque fois été expulsé par les autorités, faute de papiers en règle. En 1999, Mehran Karimi Nasseri avait obtenu le statut de réfugié politique en France ainsi qu’un titre de séjour, mais il avait refusé de signer ses nouveaux papiers.

Mehran Karimi Nasseri : un cas pas isolé !

Comme lui, une centaine de personnes sans domicile fixe vivent encore dans l’une des neuf aérogares de Roissy, pour certaines depuis plus de 10 ans.

Articles Connexes