“C’est ridicule” : Julien Clerc excédé par sa baisse de revenus, il tient les responsables

Julien Clerc n’est pas content et le fait savoir. Le populaire chanteur, qui repart en tournée mais a annoncé plusieurs reports de ses concerts, a fait des confidences au journal “La Provence”. Cash, il a notamment parlé argent… Il gagne moins qu’avant admet-il.

Julien Clerc revient sur le devant de la scène et en musique avec la tournée “Les jours heureux”. Un projet qu’il défend à travers des classiques de son répertoire mais également d’artistes comme Barbara, Gilbert Bécaud, Yves Montand, Jacques Brel et Charles Trenet. Une façon pour lui de revenir sur ce qui a bercé son enfance. Il a confié notamment à La Provence, ce 15 novembre, qu’il considérait ces musiques comme “la B.O de son enfance”. Et si à l’époque, il fallait se démener pour pouvoir écouter ces classiques de la variété française, aujourd’hui, il suffit d’un clique. Et le papa de Vanille confie être, lui aussi, consommateur des plateformes de streaming : “J’écoute comme tout le monde sur les plateformes”. Une nouvelle ère dont il est acteur mais dont il déplore les effets sur carrière.

A noter que plusieurs concerts de la tournée de Julien Clerc font l’objet de reports. Sur le site officiel du chanteur, les détenteurs de billets peuvent découvrir les nouvelles dates des show ayant été décalés en 2022 et 2023. Interrogé il y a quelques mois sur sa tournée, Julien Clerc se livrait sur le plaisir qui est le sien d’avoir la chance d’être toujours là, sur scène, après 50 ans de carrière. “J’ai la chance d’avoir un public assez fidèle, qui vient me voir régulièrement (…) c’est vrai que chanter depuis aussi longtemps n’est pas donné à tous, c’est ma petite fierté“, disait-il à Objectif Gard. Il ajoutait : “Avec le temps, je suis moins intimidé. Je l’étais beaucoup plus à mes débuts, je m’étais même de la distance parce que je suis quelqu’un d’assez pudique. J’ai toujours aimé chanter, mais cet amour du chant a pris, avec le temps qui est passé, une forme différente et aujourd’hui je peux sans problème chanter tout près des gens.

Une baisse de revenus expliquée par le streaming

Je participe malheureusement au fait que ça va devenir de plus en plus difficile de vivre de notre métier“, a-t-il expliqué dans les colonnes de La Provence. “À part les gens du rap, avec les mômes qui cliquent ! Quand on regarde nos droits d’auteur, en comparaison de ce qu’on percevait avant, c’est ridicule“, a-t-il déploré. Mais face à ce constat, l’interprète de Ma préférence ne compte pas s’apitoyer sur son sort. Si des effets négatifs se font sentir, il se dit prêt à s’y adapter afin d’en tirer tout le positif. “Les habitudes changent, il faut toujours considérer le changement et s’y adapter, parce qu’il y a toujours un côté créatif là-dedans“, a-t-il ainsi expliqué. “Moi, je continue de faire ce que j’ai toujours fait. Quand vient le moment de composer, ce qui est pour moi vers mai-juin, parce que je vais tourner jusque-là, je m’y remettrai“.

La retraite ? Pas pour tout de suite

S’il s’était fait plus discret récemment, l’artiste âgé de 75 ans n’est pas encore proche de la fin de sa carrière musicale.  “Moi, je suis là pour créer. Tant qu’on m’en laissera la possibilité, je le ferai, c’est-à-dire tant qu’il me viendra de la musique quand je serai à mon piano“, a-t-il affirmé avant de conclure : “c’est de la grande industrie et j’espère qu’on continuera de nous y faire une place “. La preuve avec sa nouvelle tournée prévue à l’Olympia les 15, 16 et 17 décembre pendant laquelle il va faire résonner les classiques du répertoire français, dont il fait notamment partie. En effet, Julien Clerc a bercé de nombreuses générations et il entend bien continuer à le faire jusqu’à ce que ça lui soit possible.

Articles Connexes